Trois questions à… Océane Tessier

Routière, Pistarde, Océane Tessier était de ces coureuses franciliennes attendues au début de saison. Eprise de malchance, la coureuse de la DN Dames du CM Aubervilliers a pour le moment été écartée des compétitions pour raisons médicales. Océane s’est confiée à Radio Peloton à quelques heures d’accrocher son premier dossard…

 

« j’ai hâte de les retrouver en compétition pour peser dans le game avec elles »

 

RadioPeloton: Océane, nous n’avons pas eu la chance de te voir courir cette saison. Peux tu nous en dire plus?

Océane Tessier: Effectivement, j’ai chuté à l’entraînement la veille de la première course de la saison… Je devais commencer en Belgique avec les filles. Je me suis faite renverser par un piéton qui a traversé n’importe où et sans regarder à Vincennes. Cela a engendré une nouvelle fracture de ma clavicule. J’ai dû subir une opération pour mettre une nouvelle plaque ainsi qu’une greffe osseuse. Lors de l’opération ils se sont rendus compte qu’à cause d’une bactérie, ma fracture de la clavicule d’il y a deux ans ne s’était jamais vraiment consolidée. Je suis donc depuis sous antibiotiques afin d’éliminer cette bactérie. Ma convalescence a donc été plus longue que prévue car je ne pouvais pas prendre le risque de rechuter à nouveau avec une clavicule non consolidée. J’ai tout de même pu reprendre l’entraînement et j’ai pris mon mal en patience pour les compétitions.

 

RP: Comment juges tu les performances de ton équipe depuis mars?

OT: Je suis très fière de faire partie de cette équipe, les filles me régalent par leurs performances individuelles et collectives depuis mars. Elles sont une réelle source de motivation pour mon retour. Il y a une telle entente que ça ne peut que bien fonctionner et c’était d’autant plus difficile de rester à la maison pendant ces deux mois. Même si je ne les ai jamais vraiment quittées, j’ai hâte de les retrouver en compétition pour peser dans le game avec elles (rire).

 

RP: Un mot sur le peloton professionnel : quel pronostic pour le Tour de France ?

OT: J’ai envie de vous dire Romain Bardet, pour la France quoi! Même si ça ne va pas être de tout repos face aux leaders de grosses équipes. Dans le vélo rien n’est jamais facile, mais tout est possible. J’ai hâte aussi de voir Julian Alaphilipe s’illustrer sur ce tour au vue de son magnifique début de saison. J’espère que bientôt, on me demandera un pronostic pour le tour de France féminin!

 

Crédit Photo: Facebook Océane Tessier

Lire la suite

Interview de… Florentin TECHER (VC Savigny s/ Orge)

Florentin Techer a rejoint le VC Savigny sur Orge à l’intersaison en provenance de l’AS Corbeil-Essonnes. Fidèle au Comité essonnien, il se présente cette saison avec l’envie d’accumuler un maximum d’expérience en profitant de la structure du club de Gilles Ardin. Il sera d’ailleurs à retrouver sur la Route d’Eole ce week-end. Florentin s’est confié à RadioPeloton…

 

« participer à un maximum de Nationales Juniors sur circuit français pour engranger de l’expérience »

 

RadioPeloton: Florentin, comment en es tu venu à pratiquer le cyclisme?

Florentin Techer: J’ai toujours été attiré par le milieu du cyclisme. Dans un premier temps, ma mère refusait de m’y inscrire de peur que je n’en revienne jamais. Mais c’est à 12 ans que mon père l’a convaincue de me faire rejoindre un club: le SCA 2000 Evry.

 

RP: Quel coureur t’a le plus marqué?

FT: Alberto Contador pour son panache et sa manière de courir sur le Tour comme ailleurs.

 

RP: Comment s’est passée ta préparation hivernale?

FT: Ma préparation hivernale s’est composée de longues sorties foncières les week ends avec mon club: le VC Savigny. Puis, elle s’est achevée avec un stage sur les routes essonniennes fin février. J’ai également fait de la course à pied, de la natation (avec mon père) et de la PPG.

 

RP: Quels sont tes objectifs de la saison?

FT: Mes objectifs principaux de la saison sont de participer à un maximum de Nationales Juniors sur circuit français pour engranger de l’expérience et voir ma progression au fil des courses. J’ambitionne également une victoire en FSGT dans les mois à venir. Je serai d’ailleurs en sélection essonnienne à plusieurs reprises cette année.

 

RP: Qui t’entoure en course comme à l’entrainement?

FT: La personne qui est à mes côtés au quotidien est mon père qui m’accompagne sur les courses et certaines sorties. Je peux aussi compter sur mon entraîneur, Arnaud WOLFERSBERGER, qui fixe mes entraînements et me coache sur les courses. J’ai aussi plaisir à retrouver sur les courses mes anciens coéquipiers du SCA 2000.

 

RP: Quelle est ton épreuve favorite sur le circuit francilien?

FT: Buno-Bonneveaux (91) est l’épreuve qui m’a le plus marqué. C’est d’ailleurs le lieu de ma première compétition en minime. C’est un circuit relativement vallonné qui convient à mon gabarit. 

 

RP: Quelque chose à ajouter?

FT: Je tiens à remercier mon premier entraîneur dans mon premier club: Max-Michel Tijus; qui aujourd’hui encore continue d’offrir à ses coureurs sa motivation et son envie de performer.*

 

Crédit Photo: Velostar

 

Lire la suite

Interview de… Eliott Pierre (Argenteuil VS 95)

Eliott Pierre est l’un de ces coureurs franciliens qui est bien parti pour laisser sa marque dans l’histoire du comité. Sélectionné à plusieurs reprises au sein de l’équipe de France, vainqueur de la Classique des Alpes en Junior 1 l’an passé, il est sans conteste un des meilleurs de sa catégorie. Eliott s’est confié à RadioPeloton à l’aube d’une saison charnière…

 

« nous avons les armes pour nous battre avec les meilleurs »

 

RadioPeloton: Eliott, comment s’est passée ta préparation hivernale?

Eliott Pierre: Ma préparation hivernale s’est plutôt bien passée bien que j’ai trouvé cet hiver un peu long.

 

RP: Que penses tu d’ AVS? Pourquoi est ce selon toi un bon club?

E.P: Avs est un excellent club de part son encadrement et ses dirigeants, la cohésion du groupe y est excellente

 

RP: Penses tu que le team junior 2019 sera capable de rivaliser avec les meilleures équipes française sur les Nationales J?

E.P: Nous ne sommes pas meilleure équipe du classement directvelo pour rien, nous avons les armes pour nous battre avec les meilleurs

 

RP: Quels sont tes objectifs pour 2019?

E.P: Ce sera ma forme qui déterminera de mes sélections ou non en Équipe de France, à par cela mon rêve est de remporter une seconde fois la classique [des Alpes], ainsi que de remporter le Valromey.

 

RP: Comment se passe ce début de saison?

E.P: Mon début de saison est catastrophique, je crève et chute à kuurne, je déraille au chrono des boucles du 77 et je retombe l’après midi ! 2 courses ou j’espérais un résultat.

 

RP: Quelque chose à ajouter?

E.P: Je voulais juste remercier tout les bénévoles qu’on voit sur les courses sans qui ces événements ne seraient pas possible.

 

Crédit photo: Martial Denais

Lire la suite

Interview de… Camille COCHET (UVCA Troyes)

RadioPeloton: Camille, comment en es tu venu au cyclisme ?

Camille Cochet: J’ai commencé le cyclisme il y a un peu moins de 3 ans pour compléter mes entrainements de roller, que je pratiquais à haut niveau. J’y ai finalement pris goût et j’ai arrêté le roller, que je n’arrivais plus à pratiquer au niveau que je souhaitais, pour me consacrer uniquement au vélo

 

RP: Qui t’entoure en course comme à l’entrainement ?

CC: C’est Yannick Robert, le DS de Troyes, qui s’occupe de moi depuis l’année dernière. J’ai également l’aide de Fred Nidercorne pour m’accompagner aux entrainements. En course Yannick est toujours présent et le reste du staff change en fonction du nombre de filles. Il y avait Erwan Lollierou qui nous a accompagnées sur plusieurs courses l’année dernière en tant que mécano et qui nous a bien fait rire !

 

RP: Parle nous de l’UNCA Troyes ?

CC: Quelle est l’ambiance ? Qu’est ce qui en fait un bon club à tes yeux ? L’UVCA Troyes m’a été recommandé pour son ambiance et en effet elle est super ! On s’entend toutes très bien, c’est surement pour ça qu’on est restées aussi nombreuses sur toutes les courses jusqu’en septembre, c’est vraiment un plaisir de partir ensemble tous les week end. Pendant les courses on s’entraide et on se soutient mentalement quand ça devient dur ! Ce qui est bien c’est qu’on laisse sa chance à toutes les filles.

 

RP: Quelle est ta préparation hivernale ?

CC: L’hiver c’est compliqué car je me blesse tout le temps, donc je n’ai pas une grosse charge d’entrainement, j’essaye de travailler le foncier. Je roule surtout le week-end, car en semaine le soir c’est compliqué, il fait nuit tôt et je ne croise pas grand monde au polygone de Vincennes. Je vais parfois à la piscine ou courir en semaine.

 

RP: Quels seront tes objectifs ?

CC: J’ai beaucoup progressé l’an dernier j’espère que ça va continuer. Je ne me fixe pas d’objectif précis pour des courses, car c’est très aléatoire entre les tactiques de course données ou les problèmes mécaniques. En coupe de France l’objectif est collectif, nous voulons faire mieux que l’an dernier (6eme) et rentrer dans le top 5.

 

Crédit photo: Philippe DENIS

Lire la suite

Interview de… Boris Zimine (CC Etupes)

Boris Zimine a arpenté presque toutes les routes de France, en DN1 comme chez les pros. Passé notamment par le CM Aubervilliers 93, le francilien natif de Sartrouville se reconvertit aujourd’hui en tant que directeur sportif du prometteur effectif 2019 du CC Etupes. Boris s’est confié à Radio Peloton…

 

Lorsque j’ai eu l’opportunité de succéder à Jérôme au poste de directeur sportif, j’ai pris ça comme un joli symbole. Je suis de retour dans mon club de cœur.

RadioPeloton: Boris, comment en es tu venu à pratiquer le cyclisme?

Boris Zimine: je suis issu d’une famille de vélo. Mon grand père puis mon père étaient des bons coureurs régionaux. C’est en allant voir mon père sur les courses que j’ai pris goût au cyclisme. J’ai commencé à 8 ans, au CSM Puteaux.

 

RP: Que retiendras tu de tes années dans les pelotons?

B.Z: Beaucoup de souvenirs et de rencontres. De la joie comme des épreuves douloureuses. Le cyclisme rythme ma vie depuis presque 20 ans, et a sera sûrement encore le cas ces 20 prochaines années 😅

 

RP: Pourquoi avoir le rejoint le staff du CC Etupes pour 2019?

B.Z: le CC Etupes n’est pas le club où j’ai passé mes meilleures années sportives mais humainement j’y ai forgé mes meilleurs souvenirs. Avec Jérôme Gannat, Julien Pinot ou Christophe André, nous avions des personnes au top autour de nous, qui sont aussi devenus des amis.
Lorsque j’ai eu l’opportunité de succéder à Jérôme au poste de directeur sportif, j’ai pris ça comme un joli symbole. Je suis de retour dans mon club de cœur.

 

RP: Que penses tu de l’effectif du CC Etupes? Quels seront tes objectifs et ceux de l’équipe?

B.Z: l’effectif est jeune. Un peu moins que l’an dernier mais il le reste. Tous les coureurs ont eu des références chez les juniors. Ils doivent maintenant progresser et exploser chez les élites afin d’espérer passer à l’échelon supérieur. Ils sont l’essence de notre équipe DN1.
J’espère surtout que nous serons épargnés par les blessures afin que les jeunes progressent de façon linéaire.
J’ai aussi et surtout envie de poser ma patte : celle de la cohésion de groupe. J’ai envie de voir des coureurs qui vivent ensemble et qui prennent plaisir à se retrouver tous les week ends !

 

RP: Vas tu tout de même continuer à rouler?

B.Z: Je ne roule plus, ou que très rarement. Ma jambe gauche me fait souffrir, je n’ai toujours pas trouvé le mal, mais il est profond. Je n’ai donc pas vraiment de plaisir à enfourcher mon vélo. Sans objectif c’est encore plus délicat. Je vais essayer de me remettre au sport histoire de m’entretenir mais c’est certain que je ne serai pas le meilleur client pour une sortie de vélo !

 

Crédit Photo: Audrey Photo

Lire la suite

Chavanel tire sa révérence au Gala Stars en Piste au Vélodrome National

Guy Dauphin, Eric Ramos et leurs équipes ont réuni, en partenariat avec Assurances Vélo, une belle affiche de coureurs. Le plateau était, en effet, composé de 21 coureurs. Membres de l’équipe de France et coureurs pros, tous se sont mis aux commandes d’un pignon fixe pour l’occasion!

Le programme, particulièrement varié, était conçu pour en mettre plein les yeux aux quelques mille spectateurs et exposants venus pour l’occasion dans l’enceinte du Vélodrome National. Le public, accédant à la fois au rond central et aux gradins, a pu se divertir d’une américaine, d’un tournoi de vitesse, d’un keirin mais aussi d’une élimination et d’un scratch.

Nombreux ont été les coureurs franciliens à répondre à l’appel émis par Vélostar Organisation ce samedi 17 novembre. Parmi eux, on retrouve des noms tels que Yoann Offredo, un fidèle d’Eric Ramos, Tony Gallopin ou encore le Seine et Marnais Stéphane Rossetto. Du côté des pistards de l’équipe de France, les cristollins Vigier, Gros et Helal ont montré leur puissance sur les épreuves de sprint! Le coureur de la Wanty Groupe Gobert nous en dit plus sur ses motivations: « je suis venu déjà en tant que francilien, sur ce superbe outil de travail de Saint Quentin en Yvelines. C’est toujours un privilège de pouvoir rouler ici et avec des pistards d’expérience!« 

Mais au delà d’une simple compétition, c’est à un vrai show que se sont adonnés les pistards d’un jour. D’un Benjamin Thomas jouant avec les nerfs du public sur l’élimination à un Samuel Dumoulin enfourchant un derny, chacun a pu ressentir l’atmosphère festive du vélodrome. On a même entendu certains qualifier le gala de « Gand français »!

Yohann Offredo: « C’est très bon enfant, comme souvent sur piste et c’est vachement ludique. Mais il est clair que c’est très technique, et on ne s’en rend pas forcément compte à la télé mais là, c’est complètement différent. Sur une discipline comme le scratch, en tant que routiers on s’en sort, mais sur des épreuves telle que l’américaine, c’est plus complexe. C’est une bonne école, la piste c’est super! »

Ce samedi 17 novembre raisonnait comme un air d’adieu dans le vélodrome. En effet, Sylvain Chavanel faisait sa dernière apparition en tant que coureur cycliste professionnel, Daniel Mangeas soulignant « tu as commencé sur la piste, tu finis sur la piste ». C’est vrai, le Châtelleraudais arbora son premier maillot de sélection régionale sur un vélodrome dans les années 1990. Le public, comme les coureurs, lui rendirent hommage tout au long de la soirée. Ses supporters répondirent présent depuis les tribunes comme depuis l’aire centrale, lieu de tous les autographes et des derniers selfies avec leur baroudeur préféré. Mais la séquence qui restera est, en toute fin de soirée, la haie d’honneur constituée par ses pairs sur le rebord de la piste. L’ovation du public, mêlée aux signes de respect des compétiteurs présents, marquera la soirée et le désormais retraité Sylvain Chavanel. 

Celui-ci s’est d’ailleurs confié à Radio Peloton à ce sujet: « on a partagé un bon moment, on a pu le voir. Il y a  eu toutes ces disciplines qu’on a pu faire découvrir au public, où il y avait énormément de monde. C’était une belle soirée ». Comme à son habitude, Mimo a salué les supporters et le public massés dans le pourtour de l’anneau « réunir les gens, c’est difficile dans un vélodrome, et aujourd’hui, ils ont prouvé que c’était possible et je ne peux qu’être heureux d’un tel intérêt pour la piste. Chaque épisode pour un cycliste est important mais, étant à la fin de ma carrière, c’est sûr qu’une soirée comme celle là, je ne l’oublierai pas« .

 

 

 

 

 

Il convient également de souligner que le même hommage a été rendu le lendemain sur le cyclocross de Wissous par les jeunes minimes et cadets présents sur le circuit, signe de l’empreinte laissée par Sylvain Chavanel même sur la nouvelle génération de coureurs. 

Lire la suite

Eric RAMOS (VELOSTAR) nous parle de Stars en Piste le 17 novembre

Le compte à rebours est lancé. Ce week end, le vélodrome national accueille la Coupe du Monde de piste où les athlètes franciliens joueront à domicile. Mais un autre événenement se prépare du côté de SQY pour le mois de novembre. Eric Ramos, l’organisateur, nous en dit plus…

 

« Je dois dire que cette soirée de gala sera la plus belle de nos organisations car le vélodrome de SQY est un endroit magique »

 

RadioPeloton: Eric, parle nous du projet.. d’où t’est venue l’idée?

Eric Ramos: L’an dernier, Les assurances VELO avaient organisé au vélodrome de St Quentin en Yvelines une remise de récompenses pour les lauréats du challenge regroupant plusieurs cyclosportives en France et donc de ce fait, organisateur de LA JACQUES GOUIN et de LA VELOSTAR 91, j’étais invité à assister à l’évènement qui s’est terminé vers 19 heures..
L’idée m’est donc venu de proposer à Guy Dauphin, responsable de ce challenge, et pour finir l’après midi de prendre en charge l’organisation d’une soirée de gala avec la venue de cyclistes professionnels, pistards de l’équipe de France, repas partenaires au central le tout animé par un DJ pour l’ambiance..!

 

RP: Comment avez vous su attirer des coureurs qui ne sont pas réellement de purs pistards?
E.R: Comme tu le sais, j’organise depuis 3 ans maintenant un critérium d’après-tour qui me permet d’être en contact avec les meilleurs coureurs pros du circuit et il faut croire que ceux-ci sont heureux de venir sur nos organisations puisqu’ils ont tous accepté avec plaisir..

 

RP: Qui sont les principaux acteurs de ce projet?
E.R: Le projet initial est l’oeuvre de Guy Dauphin avec son challenge  » Assurances VELO  » et la soirée de gala m’a été confiée soutenu comme d’habitude par mon extraordinaire équipe de Vélostar Organisation.

RP: Quel est donc le programme de ce Gala?
E.R: Le programme de la soirée est :
14h18h = Animations , baptêmes sur piste et Bmx
18h19h = Remise des prix du challenge
19h22h = Soirée de Gala, diner, épreuves pistes, Election Miss VELO France

 

RP: Quelque chose à ajouter Eric?
E.R: J’organise des évènements cyclistes depuis 10 ans maintenant et je dois dire que cette soirée de gala sera la plus belle de nos organisations car le vélodrome de SQY est un endroit magique..!
Venez nombreux, c’est gratuit..!

 

Lire la suite

Interview de… Florian Richard (US Metro Transport)

Florian Richard a presque tout gagné cette saison. Chez les cadets, il a conquis le titre national en janvier dernier à Quelneuc avant d’aller chercher un deuxième maillot à Plougastel au mois d’août. Celui qui porte les couleurs du club de Rémy Turgis rejoindra la formation BTWIN AG2R La Mondiale la saison prochaine.

 

Je pense que c’est ma plus belle saison depuis que j’ai commencé le vélo

 

RadioPeloton: Florian, comment s’est passée ta saison 2018? A t elle été à la hauteur de tes attentes? Voire au delà ?

Florian Richard: je pense que ma saison 2018 a été plus que réussie. Avec deux titres de champion de France et un autre de  vainqueur de la coupe de France de cyclo-cross, je ne pouvais pas rêver mieux.  Je pense que c’est ma plus belle saison depuis que j’ai commencé le vélo à l’âge de six ans

 

R.P: Tu portes deux maillots chez les cadets cette année, étais ce dans tes projets l’hiver dernier ?

F.R: Non du tout. Au début de saison, j’étais focalisé sur le titre de Champion d’Île-de-France route. Quand ça s’est réalisé, j’ai eu un soulagement. Puis, après, je n’avais plus de pression. Et est arrivé mon titre de Champion de France. c’était incroyable et maintenant, je m’amuse avec mon vélo pour finir ma saison du mieux possible

 

R.P: Parle nous de l’US Métro, qui t’entoure à l’entraînement comme en course? Quel est le petit plus du club?

F.R: les entraînements sont le mercredi après-midi pour l’école de vélo. Après, moi, comme le mercredi je finis tard avec le lycée, je m’entraîne de mon côté, souvent avec mon coach pour faire du spécifique. Je pense le petit plus de ce club c’est déjà qu’ils ne mettent aucune pression sur les jeunes. Il y a une superbe entente que ça soit avec les coureurs ou avec les parents. Compte également l’expérience du club avec les grands noms qui sont passés auparavant. Et l’encadrement est 👌

 

R.P: tu as rejoins le team BTWIN AG2R LA MONDIALE U19, pourquoi avoir postulé ?

F.R: alors j’ai décidé de rejoindre la Team Btwin ag2r la mondiale U19 pour voir une idée du vélo un peu plus poussée. Puis ensuite, au niveau financier, cela me permet de faire des stages et des courses que je n’aurais pas pu faire avec mon club. Je reste licencié à l’US Métro.

 

R.P: Dis nous en plus sur ce championnat de France breton cet été…

F.R:  c’était un croyable comme je l’ai dit sur différentes interviews car déjà de un c’est en Bretagne et la Bretagne ça rime avec Velo. Le monde qui avait autour du circuit, il fallait voir ça; c’était ouf😍

 

R.P: quels sont tes projets pour cet hiver?

F.R: j’ai différents objectifs cet hiver. Pour le moment, je suis en pleine préparation pour la première manche de coupe de France le 14 octobre. Après si possible, j’aimerais obtenir une sélection en Equipe de France. J’en rêve depuis que j’étais cadet 1. je voyais les Maxime Bonsergent et Antoine Benoît porter ce beau maillot de et maintenant, j’aimerais bien que ça soit mon tour.

 

R.P: quelque chose à ajouter ?

F.R: déjà merci à Radio Peloton pour cette interview et puis aussi à toutes les personnes qui mon aidé cette saison: mon sponsor cybervélo, mon Club, mes parents, mon coach etc….

 

Crédit Photo: Ronan Houssin

Lire la suite

Interview de… Mathieu Engel (EC Noiséenne)

Parmi les coureurs attachés à l’Ile de France, on retrouve Mathieu Legrand. Arpentant les circuits franciliens depuis plus de 20 ans, il joue aujourd’hui un double rôle de coureur et arbitre national FFC.

« Mon objectif principal cette année était de réussir l’examen d’arbitre National FFC »

RadioPeloton: Mathieu, comment en es tu venu à pratiquer le cyclisme ?

Mathieu Engel: J ai débuté le vélo en 1993 au club de Sevran. C est mon père et mon voisin qui faisaient à l’époque des rallyes cyclotouristes. Ils m ont transmis la passion du vélo! J ai toujours été licencié depuis 1993, à Sevran donc pour commencer puis Clichy sous Bois et Noisy le Sec depuis 2011!

RP: Comment se passe ta saison 2018 ?

M.E: Cette année je n’ai pas beaucoup couru. J’ai participé à 4 épreuves en D1 uniquement! Je vais essayer de participer encore à quelques belles courses en septembre!

RP: Quels ont été ou sont encore tes objectifs ?

M.E: Mon objectif principal cette année était de réussir l’examen d’arbitre National FFC, c est chose faite! J’avais à coeur aussi que notre nouvelle organisation à Villeroy (6 mai) se passe bien!! D’après les coursiers, c’était une vrai belle épreuve! Donc mission réussie!! Et pour ma part, mon seul objectif est de me faire plaisir sur un vélo. Peu importe le résultat!

RP: Un mot sur ton club, quelle ambiance y règne ?

M.E: Je suis donc licencié à Noisy le Sec depuis 2011, où j’occupe le poste de Trésorier et Dirigeant. C est un petit club familial avec une ambiance conviviale, sans prise de tête! C est mon ami Jimmy Benoist qui a succédé à Gerard Gautheron, après 50 ans de présidence! Nous sommes affiliés à la FSGT et FFC.

RP: Quelle épreuve t’a le plus marqué ou affectionnes tu le plus ?

M.E: J’affectionne particulièrement le Tour de l’Est Parisien! Il s’agit d’une épreuve international FSGT qui a connu son heure de gloire dans les années 90. J’ai eu l’occasion d’y participer une quinzaine de fois avec à chaque fois un énorme plaisir! Et même de la remporter en 2013! Malheureusement, avec la difficulté croissante pour les club organisateurs à organiser ce genre d’épreuve en plusieurs étapes, elle risque comme d’autres de disparaître du calendrier… Sinon niveau professionnel, je ne raterais Paris Roubaix ou le Tour de France pour rien au monde!

RP: Selon toi, qui s’imposera sur la Vuelta ?

M.E:  Pour la Vuelta, c est difficile. Elle parait assez ouverte, les Movistar ont aligné la dream team avec Quintana et Valverde! Ils sont passés à côté de leur Tour de France et jouent à domicile! Ils auront obligation de prendre leur revanche. J’aimerais bien que Pinot nous claque un grand Tour! Il devrait arriver sur celui avec plein de fraicheur. Mais son équipe me parait un peu faible pour l aider. Et il faudra compter aussi sur des Nibali, Porte et Miguel Angel Lopez!! Peu importe le vainqueur, j’espère qu’il y aura de la « bagarre » et du spectacle pour nous les téléspectateurs!!

 

Crédit Photo: facebook Mathieu Engel

Lire la suite

Interview de… Adrien Garel (Vital Concept CC)

 
Natif de Bagneux, Adrien Garel a rejoint cette année la formation Vital Concept. Le pistard, néo pro dans la formation bretonne cette saison, a un très bon ressenti de sa première saison chez les élites. Le voilà désormais tourné vers les Coupes du Monde sur piste dans cet automne.
« Ce Championnat de France à la maison avait une saveur particulière »
 
RadioPeloton: Adrien, radiopeloton t’avait laissé durant l’hiver alors que tu réalisais ton premier stage avec le Vital Concept CC. Comment se passe ta saison ?
Adrien Garel: Elle se passe bien. Je dois encore passer un cap, il me manque encore quelques choses sur route mais elle se passe bien. J’apprends sur chaque course. J’ai eu la chance de faire des classiques comme des courses par étapes où il y avait du dénivelé. Cela reste loin des grosses courses comme Paris Nice ou le Critérium du Dauphiné mais je suis content.
 
RP: Tu as découvert le circuit professionnel, quelles différences avec le niveau amateur ?
AG: Cela court très différemment, ça roule fort la première heure puis 2h tempo mais soutenue parfois puis ça termine 1h ou 1h30 à bloc. Et c’est justement de repasser à cette dernière vitesse qui est ,pour moi,difficile.
 
RP: Tu as par ailleurs participé à un certain nombre d’épreuves, lesquelles t’ont le plus marqué et pourquoi ?
AG: Je dirais Paris Roubaix, le monde sur les secteurs c’était juste impressionnant! Puis ce Championnat de France à la maison avait une saveur particulière, même si j’étais loin de ma meilleur forme.
 
RP: Quelle est l’ambiance au sein du Vital Concept CC ?
AG: Elle est très bonne. On apprend de jour en jour à se connaître. Je pense que cela se ressent sur le vélo où les automatismes prennent leur place.
 
RP: Un bilan pour ces récents championnats de France de piste ?
AG: Il est très bon: pas une épreuve sans médaille pour le Vital Concept; et surtout 3 maillots sur 6 épreuves. C’est quand même pas mal 😉
 
RP: Quels sont tes objectifs à venir ?
AG: Il me reste un mois sur route pour me faire plaisir et faire de belles choses. Puis, peut-être mes deux premières coupes du monde sur piste en octobre avant une coupure de trois ou quatre semaines.
 
RP: Que peut-on te souhaiter pour 2019 ?
AG: Je dirais une plus belle année sur route et de repartir avec vital concept fin 2019!
 
 
A noter qu’Adrien Garel vient de terminer à la 66e place du Tour du Poitou Charente après avoir porté le maillot jaune du Challenge Interdépartemental (photo). Il termine par ailleurs 20e au classement des jeunes!*
 
*Crédit photo: Julie Desanlis Photographie

Lire la suite