Divers brèves

Grégory Besson (Le Mée Sports) passe de la catégorie D2 à la catégorie D1.

Nicolas Perisseau sera licencié en D2 cette année au Rayons de l’Avenir.

Didier Maria (Team Peltrax-CSD) rejoint la section Ufolep du Team Cycliste en Danseuse pour 2019.

Thierry Olivier (VC Saint-Mammès) passe de la catégorie D3 à la D2

Lire la suite

Dourdan brille

Le championnat de l’Essonne de cyclo-cross (Ufolep) s’est déroulé le 4 novembre dernier à Dourdan. Le club local du CS Dourdannais s’est distingué avec les titres de Jean-Francois Le Hetet en 2e catégorie, celui de Mathieu Audidier en 15-16 ans,d’ Alice Bredard chez les 13-14 ans filles et de Tom Bachelart en 13-14 ans. Le palmarès est complété par la victoire de Sylvain Savy ( AC Lardy) en 1ère catégorie et Richard Pescheux (TC Morangis) en 3ecatégorie.

Lire la suite

Divers brèves

Joseph Morin-Novo prend la direction du Team HBS Cycling pour la saison 2019.

Clément Dupuis (Team Peltrax-CSD) passe de la catégorie D1 à la 3e catégorie.

Thibaut Madorre (Team Peltrax-CSD) descend de la 1ère catégorie à la 2e catégorie.

Robert Barba (Lagny Pontcarré Cycliste) passe de la catégorie D4 à la catégorie D3.

Lire la suite

Interview de… Michel N’So

Ancien coureur du CSM Epinay-sur-Seine et de la Roue d’Or Conflanaise, Michel N’So est passé du cyclisme de compétition au Muay Thai après dix ans dans le milieu cycliste. Le fils du président de l’EC Morsang-sur-Orge Félipe N’So revient sur son parcours.

« j’ai vraiment compris les exigences qu’il fallait pour être performant »

Radio Peloton : Michel, que retenez-vous de vos années dans le vélo ?

Michel N’So : C’est surtout l’esprit de camaraderie entre les gars. Il y avait toujours une bonne ambiance au départ des courses. Cette tension qui t’anime avant chaque coup de sifflet c’était excitant. Ce sport m’a appris beaucoup de chose sur moi et même et sur la vie en général.

Radio Peloton : Et sportivement ?

Michel N’So : je n’ai jamais gagné de courses, j’ai souvent fait des tops 10 en route et cyclo-cross. J’ai couru à l’époque en jeunes avec des mecs comme Yoann Offredo, Jimmy Turgis et Kevin Reza qui sont aujourd’hui des tops mondiaux. Ce qui était drôle c’est que j’étais nul à mes débuts et j’ai atteint mon meilleur niveau passé la vingtaine car c’est là que j’ai vraiment compris les exigences qu’il fallait pour être performant.

Radio Peloton : Vous êtes arrivé au cyclisme par votre père…

Michel N’So : Il a commencé le cyclisme à l’ECM aussi avec Jean-Philippe Minotte et il est toujours actif à ce jour. Je n’ai pas fait d’école de cyclisme ou quoi c’est lui qui m’a tout appris. Mon père dans le milieu tout le monde le connait. C’était un des premiers black dans le circuit donc il ne passait pas inaperçu (sourires).

Radio Peloton : Pourquoi avoir stoppé le cyclisme de compétition ?

Michel N’So : J’ai pris la décision d’arrêter car je n’avais plus l’envie ni la motivation. Ce que les gens ne savent pas en général, c’est que c’est un des sports les plus difficiles qui existe. Il faut une rigueur d’entrainement et une motivation sans faille à tous niveaux pour réussir ou ne serait-ce que juste pour être dans le coup. Moi je ne voulais pas devenir professionnel ou autre, mon objectif c’était de finir mes courses ‘dans le coup’ chaque week-end. Il faut savoir que je suis issu d’un quartier difficile à Mantes la Jolie et que le cyclisme n’est pas un sport populaire dans les banlieues du coup j’étais souvent seul pour aller m’entraîner et à la longue j’en ai eu marre.

Michel N’So à l’époque sous le maillot de la Roue d’Or Conflanaise (photo : Martial Denais).

 

Radio Peloton : Vous avez aussi pratiqué d’autres sports …

Michel N’So : En parallèle du vélo, je pratiquais la boxe et le handball. J’ai réussi à intégrer l’équipe de Mantes de hand en tant que joueur puis j’y ai trouvé ma place en tant que gardien de but titulaire. On était a un très bon niveau régional et j’ai fait pas mal de compétitions et de tournois de haut niveau.

Radio Peloton : Avant de vous tourner définitivement vers la boxe …

Michel N’So : J’ai trouvé mes vrais repères dans la boxe tout simplement parce que j’ai toujours aimé ça. J’ai toujours été un bagarreur dans l’âme et même pendant les courses de vélo, on me connaissait pour avoir un tempérament assez fort et un brin provocateur un peu du style à Nacer Bouhanni.

Radio Peloton : Qu’est ce vous aimez dans ce sport ?

Michel N’So : Dans ce sport ce que j’aime c’est que tu es seul face à toi même. Quand tu montes sur un ring tu affrontes un adversaire certes mais ton plus grand combat c’est contre toi-même. Ton coach va te donner quelques consignes mais c’est toi qui mène ton combat et la tu es seul personne ne pourra monter avec toi en cas de difficultés.

 

Radio Peloton : Quel parallèle faites-vous entre le cyclisme et la boxe ?

Michel N’So : Il existe beaucoup de similitudes entre la boxe et le cyclisme. L’entrainement déjà. Moi je suis sur une base de 25h par semaine qui peut aller jusqu’à 30h lors de mes preparations de combats. On y alterne seances de courses à pied en travail de fond, d’endurance et de fractionné, elements que l’on travaille aussi en velo. Le coté alimentaire est aussi le meme. Il faut savoir qu’en kickboxing, on est assignés à des catégories de poids. Je boxe en 70kgs mais il peut m’arriver de boxer à 67 kgs. Du coup, le regime alimentaire est strict pour maintenir le poids tout au long de l’année pour garder une forme et une endurance musculaire et un rapport poids/puissance au top. Le stress avant de monter sur le ring est identique au à celui que tu as avant le coup de sifflet du départ. Pour finir la notion de dépassement de soi est similaire

Radio Peloton : Et puis le travail aussi pour atteindre ses objectifs…

Michel N’So : Le cyclisme est un sport qui à sa science de la course comme la boxe à sa science du combat. Beaucoup de gens regardent des courses de velo et voient seulement des gens pédaler mais ils ne savent pas à quel point ce sport est strategique tout comme en kickboxing on ne fait pas que se taper dessus. Chaque phase de combat à sa particularité.

Michel N’So est maintenant boxeur professionnel. (Photo: DR).

 

Radio Peloton : Et alors sportivement que donne votre reconversion ?

Michel N’So : A ce jour, j’ai un palmarès professionnel de 42 combats (29V 11D 2N). J’ai la chance de pouvoir boxer dans de grands évènements reconnus en France et à l’etranger comme le Glory ou le Muay Thai Grand Prix. J’ai eu l’opportunité de disputer un titre mondial au mois de juin dernier en Grèce contre un top mondial de ma catégorie. Je me suis incliné aux points mais j’ai beaucoup appris de ce combat et des exigences que ce sport demande pour performer au haut niveau

Radio Peloton : Avec quels objectifs ?

Michel N’So : Continuer de m’entraîner dur pour obtenir la version la plus parfaite de moi même pour continuer de boxer au plus haut niveau mondial.

 

Photos : Martial Denais et DR.

Lire la suite

Divers brèves

Alain Poma reprend les compétitions au sein du Team HBS Cycling pour 2019.

Tom Benoist (ESC Meaux) portera les couleurs de la formation du VC Rouen 76, l’an prochain.

Christophe Perricot (VC Sulpicien) passe de la catégorie D1 à la 3e catégorie.

Stéphane Vallée (Pédale Fertoise) descend de la catégorie D1 à la catégorie D2.

Lire la suite

5. Baptiste Monteil (Team Peltrax-CSD) sera à suivre

Arrivé à l’intersaison au Team Peltrax-CS Dammarie-lès-Lys en provenance du Guidon Provinois, Baptiste Monteil a réussi à se faire une place en 3e catégorie dans un effectif pléthorique. Le coureur seine-et-marnais a montré qu’il fallait compter sur lui en fin de saison 2018 et devrait encore progresser si il continue sur cette dynamique l’an prochain où il visera ni plus ni moins que la gagne.

 

Photo : Loïc Manceau.

Lire la suite

Divers brèves

Fernando Dos Santos (Lagny Pontcarré Cycliste) descend de la catégorie D2 à la catégorie D3.

Michel Blochet quitte le CC Rubelles pour rejoindre le VC Chatenay-Malabry (Hauts-de-Seine).

Laurent Lemaitre (ESC Meaux) descend de la catégorie D2 à la catégorie D3.

Jean-Charles Rémy (Pédale Combs-la-Villaise) prend la direction de l’équipe des départementaux de l’EC Montgeron-Vigneux (Essonne).

Lire la suite

14. Raphaël Marion (La Chance) sera à suivre

Peu de coureurs connaissaient Raphaël Marion en début de saison ! Pensionnaire du nouveau club, « La Chance », le petit grimpeur parisien s’est révélé redoutable en D2 dès que la route s’est élevée à l’image de ses deux succès du côté de Guillerval (91) et de Montdauphin (77). Il a également deux tops 20 sur des courses en D1 avant de ne plus courir sur la deuxième partie de saison. Ses performances seront à suivre de près de près en 2019.

 

Photo : Loïc Manceau.

Lire la suite

Divers brèves

VTT de descente :

Thomas Corbin (VTT Val d’Essonne) est devenu champion d’Île-de-France de VTT chez les cadets à Blanot (Yonne), le 22 septembre. Jordan Maupas (AC Orsay) en fait de même chez les séniors.

Cyclisme sur route :

Ruben Hoareau et Théo Martineau (CS Dourdan) prennent la direction de l’école de vélo de l’UC Longjumeau.

Jean-Marc Millero (US Ris-Orangis) monte de la catégorie D4 à la D3.

Berangère Staelens quitte l’UVCA Troyes pour rejoindre l’équipe féminine du COCF Courcouronnes.

Lire la suite

1. Sébastien Vigier (US Créteil) a fait 2018

Troisième du championnat du Monde élite de la vitesse individuelle et de la vitesse par équipe, médaille d’argent au championnat d’Europe de keirin et la vitesse par équipe, champion de France élite de la vitesse individuelle et du keirin, l’année 2018 a été fructueuse pour Sébastien Vigier (US Créteil) ! L’ancien coureur du CC Igny-Palaiseau 91 et de l’EC Montgeron-Vigneux s’affirme à 21 ans comme le meilleur sprinteur français du moment. Le Palaisien représente à la fois l’actuel et le futur de la piste française dans les disciplines de vitesse.

 

Photo : Loïc Manceau.

Lire la suite