Interview de… Dylan Durand (CC Igny-Palaiseau 91)

Première saison chez les cadets pour Dylan Durand ! Après une formidable année de minime 2,le coureur du CC Igny-Palaiseau 91 sera attendu cette année et ce n’est pas Bruno Bizieux, son président qui dira le contraire.

« Une année de découverte »

Radio Peloton : L’entame de la saison 2018 est maintenant tout proche, comment t’es tu préparé ?

Dylan Durand : J’ai opté pour une préparation hivernale plutot classique, avec les sorties du dimanches matin qui m’ont permis de garder le rythme. J’ai préférer me concentrer sur la route au détriment d’autres disciplines comme le cyclo cross ou la piste.

RP : Après une saison chez les minimes plutôt réussie (champion d’Essonne), tu entres dans la catégorie cadet, comment abordes tu cette nouvelle saison ? Le changement kilométrique a-il-été une grande marche à franchir ?

 

DD : Je vois la saison à venir comme une année de découverte. Pour le moment, je souhaite uniquement finir les courses dans le peloton. J’essaierai d’accrocher les roues des meilleurs, et on verra ce que cela donne. Pour ce qui est du changement de distance, je pense m’être bien préparé pour que cela ne soit pas un problème.

RP : Tu n’as pas encore d’objectifs précis ?

DD : Non pas spécialement, mais si j’ai l’opportunité d’un jour remporter une course, je saisirais ma chance. Par ailleurs, il est évident que je souhaite bien figurer à l’occasion des courses importantes comme le championnat d’Île -de- France.

RP : Quelle sera ta course de reprise ?

DD : Le CCIP91 organise un stage en vendée, durant ces vacances, à l’issu duquel j’effectuerai ma reprise à Aizenay.

RP : Comment te sens tu au CCIP91 ?

DD : C’est un club qui me correspond vraiment bien. L’ambiance est très chaleureuse et familiale, ce que j’apprécie beaucoup. Mais surtout, nous avons la chance d’avoir un président en or, Bruno Bizieux, qui est toujours présent pour nous aider et nous encourager sur les courses.

Propos recueillis par Erwan Franchon.

Photo : Loïc Manceau.

Lire la suite

Interview de… Pierre Mavier (VC Garennois)

Pierre Mavier s’est fait un nom dans le paysage cycliste francilien ! L’ancien coureur de l’EC Vélizy 78 tentera de faire aussi bien cette année en 3e catégorie au VC Garennois.

« Une belle équipe à la Garenne-Colombes »

Radio Peloton : Comment s’est passée cette saison 2017 ?

Pierre Mavier : J’en tire un bilan plutôt mitigé. Malgré plusieurs victoires en FSGT, ainsi que des places d’honneur en FFC, j’ai principalement l’impression d’avoir pris part à un nombre incalculable d’échappées sans que cela ne soit concluant, ou en tout cas, sans succès réellement marquant.

RP : Il y a-t-il un léger sentiment de regrets ?
PM : Je dois avouer que j’ai deux gros regrets cette saison. Premièrement, c’est de ne pas avoir remporté une seconde fois d’affilée la course du Val de Seine organisée par le VC les Mureaux. Mais ce jour là, il y avait plus fort que moi. Le second, c’est de ne pas avoir pu concrétiser à la course de la Garenne Colombes, après 70 km en solitaire à l’avant.

RP : Quel souvenir conserves- tu de tout cela ?

PM : toutes les courses m’ont laissé globalement de bons souvenirs. Mais le meilleur reste probablement la course de Garenne Colombes. Je passe près des deux tiers de la course tout seul à l’avant, et meme si je ne gagne pas, c’était un réel plaisir. Je retiens également le moment où je passe la ligne d’arrivée de « la Marmotte », complètement exténué après presque 7 heures d’effort. C’est un souvenir que je ne suis pas près d’oublier.

 

RP : Comment se passe ta préparation hivernale ?

PM : Pour le moment, tout se déroule comme prévu. Malgré l’humidité ambiante depuis le mois de décembre, j’ai réussi à caler quelques bon week-end d’entrainement (notamment au soleil en Espagne). La coupe d’Hiver de piste m’a aussi permis de bien travailler le rythme.

RP : Maintenant que le début des courses est imminent, comment abordes tu la saison 2018 ?

PM : L’objectif numéro reste de continuer à prendre du plaisir sur le vélo. D’autant plus que nous avons aujourd’hui une belle équipe à la Garenne- Colombes, où règne une excellente ambiance. Pour sur, les résultats suivront.

Propos recueillis par Erwan Franchon.

Photo : Loïc Manceau

Lire la suite

Interview de… Denis Mathiasin (AS Corbeil-Essonnes)

Pour sa deuxième année à la présidence de l’AS Corbeil-Essonnes, Denis Mathiasin revient sur les ambitions du club en cette année 2018. Les Corbeil-Essonnois organiseront notamment le Souvenir Jacky Carrez en école de vélo le 10 mars.

« Nous avons de nouveau une école de vélo »

Radio Peloton : Denis c’est reparti pour une nouvelle saison pour l’AS Corbeil-Essonnes …

Denis Mathiasin : Après une année 2017 de transition, nous sommes repartis sur une bonne dynamique. Nous avons plus de monde dans notre effectif, plus de monde dans l’encadrement.

Radio Peloton : Combien y-aura-t-il de licenciés cette année au club ?

Denis Mathiasin : À peu près une quarantaine, nous avons de nouveau une école de vélo à l’AS Corbeil-Essonnes. Depuis mon arrivée à la présidence, c’était l’un de mes projets, mais à condition d’avoir les encadrants nécessaires.

Radio Peloton : Quelles seront les ambitions de l’ASCE ?

Denis Mathiasin : Je veux que chaque coureur qui pratique le cyclisme sous le maillot de l’ASCE prenne du plaisir, quelque soit ses ambitions. D’un point de vue sportif, nous aurons pour ambition de nous illustrer sur le championnat départemental, juniors et 3e catégorie. Faire une bonne place au championnat d’Île-de-France sera aussi un objectif tout comme le Tour de Guadeloupe juniors. Je n’oublie pas également nos départementaux qui peuvent tous remporter une course.

Radio Peloton : Le club organisera de nouveau des courses cette année en FFC …

Denis Mathiasin : Cela commencera par le Souvenir Jacky Carrez le 10 mars en école de vélo sur un parcours tracé autour du siège du club. Il y a possibilité que ce même circuit soit le théâtre d’une course Ufolep le 6 mai alors que nous organiserons avec l’US Métro-Transports , le Prix Daniel Fix à Corbeil-Essonnes, le 18 juin. Par contre le Grand Prix d’Epinay-sur-Orge ne sera pas au programme.

 

Photo : Loïc Manceau.

Lire la suite

Rencontre avec… Pierre Rolland (EF Education-First Drapac)

C’est dans les locaux parisiens d’EF Education First (IXe arr.) que Radio Peloton a eu l’occasion de présenter sa nouvelle équipe. C’est en présence du Loirétain Pierre Rolland que l’organisme de formation en langues a présenté aux médias français son team. L’équipe de Jonathan Vaughters peut aujourd’hui se vanter d’être l’équipe la plus internationale du circuit World Tour avec 13 nationalités représentées. L’équipe débutera sa saison française sur le Paris Nice le 04 mars 2018. 

Nous avons pu poser quelques questions à Pierre…

 

« J’ai couru un peu en Ile de France dans mes années cadets. Il y avait beaucoup de belles courses. »

 

RadioPeloton: Tu as, dans ton intervention lors de la conférence de presse, parlé du développement des jeunes dans le cyclisme. Selon toi, qu’est ce qui pourrait être amélioré au sein de la fédé?

Pierre Rolland: Je n’ai pas une solution qui me sorte du chapeau. Après il est normal que les transitions entre minime, cadet ou encore junior causent l’apparition d’un manteau noir. Les coureurs arrêtent ou se réduisent. C’est souvent lié à l’activité scolaire ou professionnelle. Ceux qui sont réellement passionnés referont du vélo quelques années plus tard, une fois leur situation plus stabilisée. Après je pense que le vélo en France est un peu trop sérieux à l’instar de courses en Hollande ou en Belgique où les épreuves sont plus fun. On le voit même sur les critériums que j’ai pu faire. En France, ils sont bien. Ils sont bien organisés. En Hollande, c’est dingue, il y a deux concerts de rock sur le parcours. Les gens n’y vont pas que pour regarder la course. On y fait la fête, on s’amuse. 

RadioPeloton: Lorsque tu étais minime-cadet ou même junior, étais tu comme un Valverde, un coureur qui gagnait tous les dimanches ou au contraire, tu as pris du temps avant de pouvoir t’exprimer réellement?

Pierre Rolland: J’étais plus réservé en terme de quantité de victoires. Valverdé ne s’est jamais fait battre. Je gagnais entre 15 et 20 courses par saison. Mais il faut se rappeler que des coureurs n’ont jamais rien gagné dans les plusieurs années et qui aujourd’hui font une superbe carrière. Nombreux sont ceux qui faisaient tout flamber chez les cadets juniors et qui aujourd’hui ne sont plus là. 

RadioPeloton: A quel moment as-tu su que tu étais capable de passer professionnel?

Pierre Rolland: Je l’ai su à 20 ans lorsque le Crédit Agricole m’a appelé pour me recruter mais vers les 16 / 17 ans, j’ai commencé à me dire que j’allais essayer de me donner à 100% pour donner la meilleure performance. Dès l’instant où je me le suis mis dans la tête je n’ai jamais laché l’idée. C’est passé par des moments difficiles mais aussi par de bons moments. 

RadioPeloton: Quelles courses t’ont le plus marqué lorsque tu étais jeune coureur?

Pierre Rolland: La course qui m’a le plus marqué quand j’étais espoir, avant de passer pro, c’est le Tour de Bretagne avec Super Sport 35. Je l’ai trouvé super dur, en tout début de saison. On tombait sur des gars qui avaient fait toutes les courses comme Bessèges ou le Haut Var donc on ne faisait vraiment pas le poids. On prenait raclée sur raclée. Je me suis dit que si j’arrivais pas à faire ça, comment j’allais m’en sortir chez les pros… Et six mois plus tard j’étais chez Jean René Bernaudeau. 

RadioPeloton: Tu viens du Loiret, as-tu couru un peu en Ile de France?

Pierre Rolland: J’ai couru un peu en Ile de France dans mes années cadets. Il y avait beaucoup de belles courses. 

RadioPeloton: Que penses tu des organisations telles que le Trophée Madiot?

Pierre Rolland: Je suis cela de loin mais pour moi c’est une belle épreuve au même titre que la Bernaudeau pour les Juniors. Quand il y a un nom derrière ça ramène du monde. Surtout Madiot qui prend très tôt des jeunes sous son aile. Donc forcément tous les coureurs cadets juniors se disent « si je gagne le trophée Madiot, j’aurai l’aide de la fondation et un pied dans l’étrier pour espérer intégrer l’équipe ». C’est très bien si les meilleurs peuvent se retrouver  et peuvent se confronter sur ces épreuves là.

RadioPeloton: Penses tu que le cylisme « de panache » est en train de revenir avec des Lilian Calmejane, des Peter Sagan ou même toi?

Pierre Rolland: Je l’espère. Après ce n’est pas une question de mode, c’est une question que le peloton est très très dense et que le niveau est très haut. Du coup, c’est difficile de faire des numéros. Ce n’est plus donné à tout le monde. Quand c’est une étape au sprint, maintenant c’est très cadenassé. S’il n’y a pas un petit bouleversement dans le vélo ou dans les parcours… ça va être tendu. Pourtant, c’est en train  de prendre forme je trouve. Des étapes de 65 km sur le Tour ou une autre de 110 voire même une étape pavée de 15 secteurs… la tendance est à l’innovation. Une course avec une bonification à tous les tours serait une solution, sur les étapes plates avec moins de 800m de dénivelé, on pourrait avoir quatre sprints par exemple. 

RadioPeloton: On a entendu toute la saison passée « Attaque de Pierre Rolland ». Que penses tu de cela? Est-ce une raillerie ou un hommage à ton panache?

Pierre Rolland: Nan, je le prends avec beaucoup de sourire et beaucoup d’autodérision. Au début, je trouvais ça un peu redondant mais à la fin cela m’a fait beaucoup rire. Mais des fois je me dis quand même qu’ils vont chercher loin [rires]

RadioPeloton: On a tous appris que la fin de saison 2018 a vu émerger un problème lié à la recherche d’un nouveau sponsor titre pour l’équipe. Avais tu des contacts au niveau des équipes? Des teams étrangers, des teams français peut être?

Pierre Rolland: J’ai eu des contacts. Ca a été rapide, l’annonce a été brutale. La reprise par EF Education First a été extrêmement rapide elle aussi, ils ont été très efficaces. Sortir un budget, répondre au cahier des charges de l’UCI, c’est quelque chose qui s’est fait en quinze jours de temps. C’est très très impressionnant. Oui, j’ai eu des contacts avec plusieurs équipes. J’ai vraiment été très agréablement surpris de l’enthousiasme des équipes qui voulaient m’accueillir. Je ne peux pas dire où je serais allé car ça ne s’est pas fait.

RadioPeloton: Quel sera ton rôle sur le Tour cette année? Tu seras équipier de Rigoberto?

Pierre Rolland: L’idée c’est d’essayer de faire un Tour comme je l’ai fait au Giro l’an passé: d’aller offensif et d’être chasseur d’étapes.

 

Merci Pierre et bonne saison!

 

Crédit photo: EF Education First

Lire la suite

Interview de…Tetiana Kalachova (COCF Courcouronnes)

L’an dernier Tetiana Kalachova s’était confiée à l’équipe de Radio Peloton. La pensionnaire du COCF Courcouronnes était revenue sur sa passion du vélo et sur le défi « Donnons des Elles ».

 

« Le COCF  Courcouronnes est un club unique »

Radio Peloton :Pourquoi avoir choisir le COCF Courcouronnes ?

Tetiana Kalachova : Je me suis installée dans la région parisienne en 2014  pour faire mes études doctorales (en biochimie végétale). Comme j’avais envie de continuer à faire mon sport, j’ai commencé de chercher une équipe qui me permettait de m’entrainer en  groupe et progresser. J’étais en contact avec quelques clubs régionaux mais au niveau de l’entrainement j’étais toujours été en« électron libre ». En été 2015 je suis tombé sur une événement de Donnons des Elles au Tour.Les filles ont fait les étapes du Tour de France un jour avant les pros, et elles ont proposé de faire le dernière étape avec eux. Je suis venue par curiosité seulement, intriguée par leur aventure. C’était ma première rencontre avec « DonnonsDesElles », et à la fin de sortie tout était décidé. En automne 2015, j’ai commencé mes entraînements avec les filles en intégrant l’équipe de compétition. Depuis le première jours, j’étais impressionnée par l’ambiance d’équipe.

 

Radio Peloton : Qu’est ce qui vous a plu au club ?

Tetiana Kalachova : COCF est un club unique : c’est une équipe 100% féminine, donc tout les conseils des encadrants sont adaptées au physiologie des filles (et au psychologie aussi !). Les entraîneurs (Mathieu Istil et Normann Colin-Crochet) sont des professionnels . L’équipe se développe comme un unité intégral. En 2016 j’ai couru surtout en Île-de-France, et je crois que ma participation a aidé à gagner quelques prix d’équipe.

Radio Peloton : Comment vous sentez-vous dans l’équipe ?

 

Tetiana Kalachova : En 2016, je courais avec l’équipe au début de la saison et jusqu’en juillet. Au cours de trois semaines en juillet j’ai fait parti du projet Donnons des elles au velo J-1 (parcours du Tour de France 1 jour avant la course masculine). Pendant tout ce temps, j’étais très impressionnée par l’atmosphère familiale de ce club, le soutien incroyable et l’encouragement. Ce sont les caractéristiques marquantes et les valeurs vraiment respectées par tous les membres de l’équipe. Pour la saison 2017 je me suis déplacée en République Tchéque, mais je garde toujours les couleurs de COCCF pour les courses, et je suis ravie de repartir en Donnons Des Elle au Velo J-1 – 2017.

Radio Peloton : Quel était  votre CV dans le vélo avant votre arrivée au COCCF ?

Tetiana Kalachova : J’ai commencé en 2011, avec le vélo de ville, choisi seulement parce qu’il était mignon et bleu. Après un an de cyclisme de loisir je l’ai changé pour le VTT. À l’époque j’avais fait beaucoup de cyclotourisme, toujours à la montagne de l’Ukraine, Turkey, Belarus, Russia, Roumanie. Depuis 2013 j’ai faisais des courses en VTT. Ma discipline préférée est le cross-country marathon (les courses d’endurance, 6h-12h-24h), où l’effort a lieu sur les distances longues dans des paysages magnifiques. Comme durant une partie de la préparation j’ai découvert le vélo de route, et pour les trois dernières années, je n’ai pas arrêté.

Radio Peloton : Qu’est ce que vous aimez dans ce sport ?

Tetiana Kalachova : Je crois que le cyclisme c’est un sport unique, qui mélange les efforts physique avec les côtes personnels. J’adore la vitesse, les montagnes, j’aime bien la sensation dans les cols quand chaque mètre après chaque mètre tu vas plus loin dans tes capacités en se surpassant. Je pense que le cyclisme est une des sports plus fidèles, ou le résultat dépend également de la force. A mon avis, il y a un seul défi dans le cyclisme maintenant, l’ inégalité du cyclisme masculin et féminin. Avec l’équipe COCCF, on veut montrer que les femmes sont aussi capables de faire le vélo et être performantes. J’espère que  notre projet de DonnonsDesEllesAuVelo J-1 rappellera encore à tout le monde que le cyclisme féminin est aussi présent

Radio Peloton : Quels sont vos objectifs pour cette saison ?

Tetiana Kalachova : En ce moment mon objectif est le Tour-2017. À partir du mois d’août je vais représenter le COCCF en compétition des longues distances et Republique Tchèque (Bohemian Grand Fondo, Krkonossky maraton etc.).

 

Photo : Page Facebook « Donnons des Elles ».

 

 

 

Lire la suite

Interview de… Francisco Hernandez (EC Montgeron- Vigneux)

Francisco Hernandez sera toujours licencié à l’EC Montgeron-Vigneux en 2018 ! A 42 ans l’athlétique coureur yerrois sera l’un des coureurs à suivre cette année dans la formation présidée par Marc Riebel. Son expérience, son sens tactique de la course seront autant d’éléments précieux pour la progression des jeunes essonniens du club dès les premiers coups de pédale en compétition, début mars.

« Aider l’équipe au maximum »

Radio Peloton : Francisco, peux-tu nous expliquer ton rôle à l’EC Montgeron-Vigneux ?

Francisco Hernandez : J’ai intégré le bureau du club cette année afin de m’occuper notamment de la catégorie départementale en binôme avec Sébastien Touzard. On gère et organise, les entraînements collectifs, le suivi et la motivation des coureurs, notamment pour les entraînements et compétitions. Aussi afin de les accompagner dans la transition cadet-junior. Nous encadrons également les juniors 1er année.

Radio Peloton : Tu as toi-même débuté à l’ECMV, à la fin du siècle dernier…

Francisco Hernandez : L’ECMV est un club de formation. L’expérience que j’ai cumulée toutes ces dernières années, je voulais la mettre à disposition au profit du club.Avec Sébastien, on souhaite apporter notre grain de sel afin d’aider le club à continuer de grandir, et se développer.

Radio Peloton : Comment te sens-tu dans cette équipe ?

Francisco Hernandez : Je m’y sens très bien. C’est une ambiance très familiale. Je connais la plupart des personnes depuis plus de 25 ans. On y a partagé beaucoup de bons moments.

Radio Peloton : Côté sport, tu auras également des ambitions en 2018 ?

Francisco Hernandez : Cette année, on a une belle équipe en D1 avec un bon mixte de jeunes et d’anciens. L’objectif est de progresser collectivement. Je vais essayer d’aider l’équipe au maximum à gagner et notamment des prix d’équipe. Nous avons terminé l’année 2017 1er club de l’Essonne et 3eme Ile De France. Il nous faut continuer à défendre ce podium. De mon côté, je souhaite continuer à être acteur sur les courses, et prendre autant plaisir qu’en 2017 où j’ai connu une saison très satisfaisante. La victoire reste bien sûr un objectif. La saison est longue. Je prendrai les courses comme elles viennent en donnant toujours mon maximum.

Radio Peloton : En quoi est-ce un challenge d’aider des jeunes à progresser ?

Francisco Hernandez : J’y suis revenu pour la saison 2016 après 10 ans d’arrêts et cette année j’avais envie de transmettre aux jeunes ce que « les anciens du club » m’avaient transmis.C’est un challenge enthousiasmant et motivant de pouvoir partager mon expérience auprès des jeunes. Leur assurer un suivi, les aider à progresser, s’épanouir sur le vélo afin de s’améliorer course après course et surtout qu’ils prennent un maximum de plaisir.

Radio Peloton : Monter en 3e catégorie fait aussi partie de tes plans ?

Francisco Hernandez :A la fin de la saison 2017, je finis parmi les 20 premiers D1 d’Île- de -France, ce qui me permet de passer en 3è catégorie. Mais j’ai préféré commencer la saison 2018 en D1. Cette année, on a une belle équipe et on va essayer tous ensemble de la faire progresser, grandir et la faire gagner.Et si les jambes sont bonnes, oui pourquoi pas, monter en cours ou fin d’année. C’est un challenge intéressant et motivant de pouvoir passer un cap supplémentaire. A vrai dire, c’est dans un coin de ma tête.

Radio Peloton : Va-t-on également te voir dans d’autres disciplines cette année, comme le VTT ou la piste ?

Francisco Hernandez :Je pratique uniquement le VTT l’hiver comme préparation hivernal. Je fais aussi tous les ans le Roc d’Azur en octobre, à Fréjus , afin de profiter de la douceur automnale du Var, de ses singles et ses beaux panoramas, avant de rentrer dans la grisaille hivernale de la région parisienne.Quant à la piste, curieusement je n’ai jamais mis les pieds dans un vélodrome. Pourtant, parfois j’aimerai m’y tester. Certaines épreuves me conviendraient bien je pense. Mais les semaines sont déjà bien remplies et je veux aussi passer un maximum de temps avec ma famille.

Photo : Murielle Chudyba.

 

Lire la suite

Interview de… Justine Le Bras (CSM Villeneuve-la-Garenne)

En fin d’année 2017, l’équipe de Radio Peloton était partie à la rencontre de Justine Le Bras. La sociétaire du CSM Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine) sera toujours présente dans les pelotons cette année, mais un peu moins sur la route.

« Je reviendrai sûrement sur les cyclo-cross lors de la prochaine saison »

Radio Peloton : Justine, depuis combien de temps pratiques-tu le cyclisme en compétition ?

Justine Le Bras : Cela va maintenant faire 15 ans que je pratique le cyclisme. J’ai débuté à l’OC Val d’Oise avant de rejoindre Argenteuil VS 95 puis le CSM Villeneuve-la-Garenne.

Radio Peloton : Pourquoi le cyclisme en particulier ? 

Justine Le Bras : J’ai toujours baigné dans ce milieu, mon père et mes frères en faisaient, j’ai donc suivi le mouvement.

Radio Peloton : Que retiens-tu sportivement de ton année 2017 ? 

Justine Le Bras : Je retiens surtout mon retour à la compétition, que j’avais mis un peu de côté afin de privilégier mes études.

Radio Peloton : Quelles étaient tes ambitions en fin d’année sur les cyclo-cross ? 

Justine Le Bras : Mes ambitions reposaient sur le championnat d’Île-de-France début décembre à Jablines(77), sans trop de prétention, n’ayant que peu de temps pour s’entraîner la semaine.

Radio Peloton : On te retrouve toujours au CSM Villeneuve-la-Garenne cette année ?

Justine Le Bras : Oui je reste au CSMVG mais je ne serai pas présente sur route, car les études passent en priorité. Je mettrai à nouveau le vélo de côté fin décembre début janvier afin de me consacrer à mes futures ambitions professionnelles. Mais je reviendrai sûrement sur les cyclo-cross lors de la prochaine saison.

 

Lire la suite

Interview de… Axel BANSARD (SCA 2000 EVRY)

Axel Bansard est un de ces coureurs en devenir. Le jeune minime du Président Michel TIJUS a découvert cette saison les circuits franciliens à la fois en FFC et en FSGT. Il sera sans aucun doute à suivre en 2018!

« Mon seul but… aller chercher à chaque fois le podium! »

RadioPeloton: Axel, comment en es tu arrivé à pratiquer le cyclisme?

Axel Bansard: J’ai commencé le vélo en souhaitant m’orienter vers le VTT, en loisir, juste pour le plaisir. On m’a fait tester la route, j’ai vite accroché. A mi chemin entre les deux, je me suis lancé sur un vélo de cyclocross. J’ai rejoint le SCA 2000 car le club était proche de chez moi même si mon projet initial était, par soucis pratique, l’US Ris Orangis; club ne disposant malheureusement pas d’école de vélo. 

 

RP: Comment est l’ambiance au SCA 2000 Evry?

A.B: J’avais des échos très positifs; avec une bonne entente entre les coureurs, une bonne ambiance mais surtout, des jeunes de mon âge.

 

RP: Tu as pris une belle 12e place sur les Challenges d’Ile de France Minime à Satory en septembre 2017, tu t’es imposé à Trappes en Juillet. Es tu satisfait de ta saison?

A.B: Ma première saison s’est bien passée. Minime première année, j’ai pu découvrir la diversité des épreuves franciliennes. J’ai beaucoup apprécié le championnat de l’Essonne FFC à Savigny sur Orge et le départemental FSGT de cyclocross à domicile le 4 décembre dernier à Evry.

 

RP: Parlons en, comment as tu appréhendé ce double objectif qu’était la victoire à domicile mais aussi le titre de champion de l’Essonne?

A.B: Cette course, je la voyais non pas comme un réel objectif mais plus comme une préparation en vue des championnats régionaux (le 14/01 à la Ville du Bois) et du National la semaine suivante à Stains. Mais plus globalement, je considère chaque cyclo comme une préparation pour la saison route à venir.

 

RP: Lorsque nous évoquons ces deux championnats FSGT à venir, à quoi penses tu?

A.B: Sur le régional le 14, je vise le titre. Je porte déjà le maillot de l’Essonne, j’aimerais faire coup double. J’aborderai le championnat de France avec l’envie de faire au mieux en me donnant comme objectif le top 10.

 

RP: La saison prochaine, tu seras minime 2. Dans quel état d’esprit t’élanceras tu le 04 mars?

AB: Mon seul but… aller chercher à chaque fois le podium! Je pense évidemment aux titres départementaux à la fois en FFC et dans les fédérations affinitaires.

 

RP: Parle nous de ce que tes éducateurs et toi avez mis en place pour aller chercher ces ambitieux objectifs…

A.B: Nous fréquentons une salle de sport à Courcouronnes où la musculation mais surtout le gainage sont au programme. Mais je borne aussi pas mal avec mon club tout l’hiver pour être prêt.

 

Lire la suite

Interview de… Anthony BARÉ (VCAB)

Pistard, coursier, technicien, Anthony Baré cumule les casquettes. Coureur en 2e catégorie au sein du VCA du Bourget, celui-ci occupe depuis peu un poste au sein de l’équipe de France de piste. Le sprinteur s’est confié à RadioPeloton

« nous sommes plus qu’une équipe maintenant. Le VCAB était déjà une grande famille et l’est d’autant plus maintenant »

 

RadioPeloton: Anthony, comment s’est passée ta saison 2017 au sein du VCAB ?

Anthony Baré:  Ma saison 2017 au VCAB a été forte en émotions. Je me suis cassé le scaphoïde très tôt dans l’hiver ce qui a perturbé ma préparation. Avec ces 5 semaines de retard, je ne me suis pas affolé. J’ai commencé ma saison en Espagne avec un top10 à la clef à Perratallada. Malgré tout, j’ai très vite vu que je n’avais pas la préparation nécessaire pour m’exprimer en 1ère catégorie. Du coup, j’ai couru exclusivement en 2e avec 18 top15 cette saison. J’ai été très régulier et ai pris beaucoup de plaisir. En cas de coureur manquant, l’équipe première pouvait compter sur moi. Ma deuxième partie de saison a été consacrée à la piste. Après avoir terminé vice-champion d’Ile de France de poursuite individuel j’ai axé ma préparation pour le Chpt de France de demi-fond. Le plateau était très relevé cette année avec notamment la présence du professionnel Samuel Dumoulin. Je loupe de peu la grande finale à 8 et termine 2e en petite finale après mettre fait déborder dans les derniers tours par le sprinteur d’AG2R. J’ai terminé ma saison sur une compétition à Dijon en demi-fond cher à mon entraineur Michel Filiatre.

 

RP: Quelle épreuve t’a marqué?

A.B: Sans aucun doute, les deux courses organisées par le club. La toute première organisation du GP de Bobigny, qui a été une énorme réussite tant au niveau de l’organisation que sportif. Avec un super podium (Evenot, Barbier, Boucher) et où je prends la 9e place. Et bien sur le GP de Drancy, où je renoue avec la victoire après 2 ans de « disette » et en plus, à domicile, après un feu d’artifice d’attaques des VCABoys. Nul doute que nous aurons à cœur de briller sur le prochain GP de Drancy, le 27 mai 2018 prochain pour rendre un bel hommage à notre ami. Son décès, nous a, et m’a personnellement touché et m’affecte encore.

 

RP: Malgré la disparition de la DN3 tu vas poursuivre au sein du VCAB. pourquoi ce choix?

A.B: C’est le choix du cœur, nous sommes plus qu’une équipe maintenant. Le VCAB était déjà une grande famille et l’est d’autant plus maintenant. Nous avons un gros projet de formation, que ce soit par la relance de notre école de vélo (plus d’une douzaine de licenciés en 2018) et par l’entrainement et le suivi de nos jeunes juniors, 3e et 2e catégorie (14 coureurs). Le programme de courses sera adapté en conséquence avec des belles  épreuves en ligne et à étapes tout au long de la saison. Pour ma part, au delà de l’entrainement de certains coureurs aux clubs, je souhaite les accompagner et avoir ce rôle de capitaine de route pour les orienter au mieux à l’entrainement et sur les compétitions

 

RP: Quels seront tes objectifs pour la saison à venir ? Comment comptes tu t’y préparer ?

A.B: Ces derniers mois, mes objectifs sportifs ont complètement changé. Je n’ai ré-enfourché le vélo que pour le cyclo-cross de Créteil en hommage à Mathieu et la « nuit des étoiles » à Argenteuil. J’ai repris l’entrainement fin décembre avec les créneaux piste réservés au club à l’INSEP.

Au niveau professionnel, j’ai été embauché par l’Equipe de France Piste de Sprint au poste d’analyste de la performance au Vélodrome National. J’essaie de prendre mes marques pour pouvoir me dégager du temps la semaine pour pouvoir monter à mon tour sur la piste après les sprinteurs. Le week-end je ferai des sorties foncières pour pouvoir attaquer la saison dans une bonne condition physique.

J’ai beaucoup relativisé sur ma pratique sportive et je pense que mon objectif principal sera de prendre du plaisir sur le vélo avec mes amis sur les entrainements et compétitions en accordant une grande place à la réussite collective du groupe

 

RP: Quelque chose à ajouter ?

A.B: Nous faisons un sport à risque, nous avons vécu de très proche ou de plus loin des événements tragiques ces derniers temps. Nous le voyons dans les différents médias et par la création de l’association « Mon Vélo est une Vie ». Je pense que l’idée n’est pas de faire de la répression auprès des pratiquants mais que chacun prenne conscience de l’intégrité de chacun sur nos routes (cyclistes, automobilistes, piétons, routiers, …). Il faut aussi relativiser sur sa pratique et se rappeler que le but principal quand on sort notre vélo est de prendre du plaisir en sécurité.

Lire la suite

Interview de… Guillaume Orsal (EC Montgeron-Vigneux)

Cela fait maintenant huit ans que Guillaume Orsal écume les courses avec le maillot de l’EC Montgeron-Vigneux. Passionné de mécanique automobile, le Vigneusien de 16 ans l’est tout autant par le cyclisme de compétition qu’il pratiquera en 2018 dans la catégorie des D1.

« Progresser tactiquement »

Radio Peloton : Guillaume, qu’est ce que l’EC Montgeron-Vigneux pour toi ?

Guillaume Orsal : C’est beaucoup de choses, j’aime l’esprit de convivialité qui règne au sein du club mais également l’esprit d’équipe qu’il peut y avoir sur les différentes compétitions tout au long de la saison. Ces facteurs contribuent à la bonne dynamique de résultats au sein de l’ECMV.

Radio Peloton : Comme tes coéquipiers tu prépares 2018 en pratiquant d’autres disciplines…

Guillaume Orsal : En effet, je vais à la piscine avec mes copains de l’ECMV tous les lundis, hors vacances scolaires dans une ambiance studieuse et de franche camaraderie. Je pratique également la musculation le mercredi et le samedi après-midi. J’ai également repris la route courant décembre.

Radio Peloton : Qu’espères-tu pour cette nouvelle saison Guillaume ?

Guillaume Orsal : Je veux toujours prendre autant de plaisir sur le vélo mais aussi progresser tactiquement et physiquement. Je vais pouvoir compter sur l’expérience de mes coéquipiers dans la catégorie D1.

Radio Peloton : Avec en tête une victoire ?

Guillaume Orsal : C’est le rêve de tous les coureurs de remporter au moins une course, mais je suis conscient qu’il faut que je franchisse d’autres paliers avant de franchir la ligne d’arrivée en vainqueur. Je vais d’abord me fixer un top 20, puis un top 10 et après on verra (sourires).

 

Photo : Loïc Manceau.

 

 

Lire la suite