Interview de… Cindy Pomares (COCF Courcouronnes)

A 28 ans Cindy Pomares est une athlète accomplie, licenciée au club de Poitiers triathlon, au Racing Club de France en natation, au RMA en athlétisme et au COCF Coucouronnes en cyclisme traditionnel .

«J’ai énormément de choses à apprendre »

Radio Peloton : Pourquoi avoir rejoint le COCF Courcourones depuis maintenant deux saisons ?

Cindy Pomares : Suite à une mutation professionnelle en région parisienne, j’ai quitté la Bretagne ou j’avais fait mes premières armes en Cyclisme, en recherchant un club parisien. J’avais eu la chance de partager une sortie de l’aventure « Donnons des Elle J-1 » , lors du Tour de France 2015. Le Club de Courcouronnes et son offre de DN a conforté mon projet de performance croisé (Triathlon / Cyclisme). C’est une équipe de Girl Power, 100% féminine et aux projets multiples. Le projet de compétition et l’opportunité de pouvoir participer au circuit Coupe de France est l’essentiel atout pour mon aventure.

Radio Peloton : Comment jugez-vous votre première partie de saison ?

Cindy Pomares : Cette saison est porteuse de véritables changements, nouveautés et enseignements. Je viens de débuter une collaboration, avec Sébastien Chavanel (TrainingPic) qui gère mon entrainement, et portant déjà ses fruits. J’ai réussi à construire à mes côtés un staff de professionnels passionnés et ultra compétents dans leur discipline, ce qui me permet de gravir des marches au quotidien. Je suis heureuse de ma 3e place au championnat régional de contre-la-montre, et d’avoir pu me confronter aux meilleures spécialistes lors du championnat de France. Les réactions de mes coachs, férus de DATA, face à des valeurs en progression me poussent à croire que mon début de saison est correct !

 

Radio Peloton : Vous présentez la particularité de pratiquer d’autres disciplines, lesquelles ?

Cindy Pomares : Mon quotidien tourne autour de mon projet de performance et de la recherche d »un équilibre entre Entraînement- Plaisir- et Expertise. Etant Triathlète en 1ère Division au Club du Stade Poitevin, j’ai évidemment moins d’heures de selle que la majorité du peloton mais je reste persuadée du transfert entre les disciplines et du fait que cela me laisse un véritable axe de progression.

Radio Peloton : Quelles sont vos ambitions en cette deuxième partie de saison ?

Cindy Pomares : Je viens d’achever ma première partie de saison par une 9e place aux championnats du Monde Aquathlon au Danemark. Ma fin de saison sera orientée vers les grands prix de 1ère Division Triathlon et les coupes de France. J’ai énormément de choses à apprendre et le circuit DN est le meilleur endroit pour développer les qualités physiques, techniques et tactiques. Mais je vois déjà à plus long terme. Cette saison est axée apprentissages, la saison prochaine, il faudra penser résultats.

Radio Peloton : Aura-t-on l’occasion de vous voir dans d’autres disciplines du vélo avant la fin de saison ?

Cindy Pomares : Le vélo prend une place de plus en plus importante dans ma vie de sportive, mettant en lumière des valeurs d’abnégation, d’audace et d’expertise qui me sont chères. Sous l’égide d’Alexandre Prudhomme, j’ai découvert la piste cet hiver et ça a clairement été un véritable bonus dans ma préparation. Je compte bien m’y investir davantage et si l’occasion se présente prendre le départ de quelques cyclo-cross cet hiver pour faire passer les froides températures (et travailler ma technique accessoirement).

 

Photo : Nicolas Vaucouleur /Vélostar Actu .

 

Lire la suite

Interview de… Steffi Jamoneau (VC Lucéen)

Steffi Jamoneau est toujours sur le vélo ! A 27 ans, l’ancienne pensionnaire du CM Aubervilliers 93, aujourd’hui au VC Lucéen s’aligne au départ des courses sur piste et sur route avec toujours la même envie.

« Retrouver de belles sensations » 

Radio Peloton : Steffi, qu’est ce qui t’a motivé à reprendre le vélo ?

Steffi Jamoneau : Je n’ai pas arrêté le vélo, j’ai juste eu une maladie qui m’a empêcher de pratiquer l’an dernier, la coqueluche.

Radio Peloton : Pourquoi avoir fait le choix de signer au VC Lucéen ?

Steffi Jamoneau : En plus des raisons pratiques car étant un club de mon agglo, le VCL est un club familial. C’était le club de mon frère, et j’en ai toujours eu des bons échos. Je ne regrette vraiment pas, j’y suis traitée comme une princesse !

 

Radio Peloton :  Quels souvenirs gardes-tu de ta période francilienne ?

Steffi Jamoneau : À l’époque le vélo paraissait facile. On dominait avec l’équipe. Mais je ne regrette pas mon parcours qui a suivi qui m’a donné l’occasion de faire de nouvelles rencontres et de vivre de superbes expériences.

Radio Peloton :  Comment juges-tu ta première moitié de saison ?

Steffi Jamoneau : C’est délicat. Je ne suis pas déçue car j’ai failli arrêter le vélo l’an dernier vu que je ne me voyais plus repartir. De plus j’ai faite 2 chutes (février et juin) survenues quand je commençais à avoir de belles sensations et me faisant repartir de zéro à chaque fois. Maintenant cette année et surtout consacrée à ma remise en route, l’an prochain j’aurais sûrement plus d’ ambitions.

Radio Peloton : Tu t’es malgré tout illustrée sur piste …

Steffi Jamoneau : Comme dis précédemment, cette année j’ai surtout cherché à reprendre du plaisir sur le vélo.J’ai gagné le week-end courant de l’été en pass après une 4ème puis une 2nde place en courses filles. Quant à la piste, j’ai gagné le scratch et la vitesse par équipe au championnat régional piste auparavant.

 

Radio Peloton : Pourquoi avoir disputé certaines courses sur la région parisienne cette année ?

Steffi Jamoneau : J’habite à Chartres donc je suis à 1h de la région parisienne. C’est pour cela qu’il m’arrive de m’y rendre.

Radio Peloton : D’ailleurs tu as été projetée à terre durant la nocturne de Montgeron, peux-tu nous raconter les circonstances de ta chute ?

Steffi Jamoneau : Simplement un passant inattentif qui a traversé à la sortie d’un virage quand j’arrivais et je lui ai donc rentré dedans et suis passée par dessus mon guidon.

Radio Peloton : En quoi va consister ton calendrier de courses en août ?

Steffi Jamoneau : Je suis actuellement au championnat de France piste à Hyères, suivi de la Pictocharentaise (coupe de France).

Radio Peloton : Avec quelles ambitions ?

Steffi Jamoneau : J’espère retrouver de belles sensations pour pouvoir bien conclure cette saison avec quelques beaux résultats.

 

Photo : Nicolas Vaucouleur/ Vélostar Actu.

 

 

Lire la suite

Ils travaillent à vélo !

Employés de la société UDI, spécialiste de l’immobilier à Corbeil-Essonnes (Essonne), Julien Buffard et Cyrille Saillard ont trouvé un bon moyen de joindre leur passion du vélo à leur activité professionnelle. Les deux amis utilisent régulièrement des vélos pour effectuer leurs visites de biens immobiliers. « Sur des trajets cours, c’est beaucoup plus pratique et ludique de se déplacer en vélo » confie Cyrille Saillard, également pensionnaire en 2e catégorie du Team Peltrax-CS Dammarie-lès-Lys pour le plus grand plaisir de leurs clients. « Généralement les clients adhèrent à notre principe et Trouve ça plutôt fun et écologique mais on ne fait pas ça avec n’importe qui . Le champ de vision est également bien plus large qu’en voiture et beaucoup plus rapide qu’à pied ». Ancien partenaire de l’AS Corbeil-Essonnes cyclisme , la société UDI va entamer une campagne de recrutement pour la rentrée. Avis aux personnes motivées à la recherche d’un emploi ou en quête de nouveaux défis ! 

Lire la suite

Interview de … Sébastien Vigier (US Créteil)

 

Champion d’Europe élite en titre de la vitesse individuelle et troisième au championnat du Monde sur cette même discipline en mars dernier à Apeldoorn (Pays-Bas), le Palaisien Sébastien Vigier (US Créteil) ,21 ans, effectuait son retour à la compétition à l’occasion du championnat d’Île-de-France début mai à Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines) avec le titre en keirin et une médaille de bronze sur la vitesse individuelle.

« Conserver mes maillots »

Radio Peloton : Sébastien vous avez repris les compétitions début mai à Saint-Quentin-en-Yvelines…

Sébastien Vigier : C’était important d’être présent à l’occasion de cette épreuve régionale. Cela m’a donné l’occasion de faire quelques réglages notamment en termes de braquets. On retrouve également  des coureurs que nous n’avons pas vu depuis longtemps.

Radio Peloton : Votre année 2017 a été exceptionnelle avec vos titres au championnat d’Europe…

Sébastien Vigier : J’étais plus en forme au championnat d’Europe avec notamment deux titres en prime qu’au championnat du Monde. Nous avons justement discuté avec mon entraîneur Hermann Terryn pour voir les points qu’ils me restaient à renforcer pour être encore plus performant dans les prochaines années.

Radio Peloton : L’objectif sera de faire encore mieux pour cette nouvelle saison…

Sébastien Vigier : Déjà dans un premier temps, je veux conserver l’ensemble de mes maillots que cela soit à l’échelle nationale ou européenne. Je sais que cela ne sera pas forcément chose facile, mais je vais tout mettre en œuvre pour le faire. En principe je ne disputerai pas le championnat d’Europe espoirs, il y a une belle densité en équipe de France dans cette catégorie. J’ai aussi forcément dans un coin de ma tête d’un jour remporter un titre de champion du Monde, mais chaque chose en son temps.

 

Photo : Loïc Manceau.

 

 

Lire la suite

Interview de… Florian Hoarau (Team 94 Cycling)

Pensionnaire du Team 94 Cycling et du Pôle Espoirs de Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), Florian Hoarau s’est imposé cette année sur la course 3e catégorie du Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine). Le Réunionnais pratique le cyclisme depuis maintenant trois saisons.

« Ca ira mieux pour cet été »

Radio Peloton : Comment te sens au Team 94 Cycling ?

Florian Hoarau : Je me sens bien dans la Team 94 parce qu’au final ce n’est pas que mon club ici mais un peu comme ma deuxième famille qui m’ont accueilli depuis mon arrivée en Métropole et je sais que je pourrais toujours compter sur eux.

Radio Peloton : En quoi penses-tu avoir progressé cette saison ?

Florian Hoarau : Tout d’abord j’ai progressé physiquement sur la route mais je pense surtout avoir progressé sur ma façon de courir sur la piste car à mon arrivée ici en métropole j’en pratiquais depuis peu et on m’a donc beaucoup appris sur le point tactique que comporte la piste.

Radio Peloton : Tu t’es imposé cette année notamment au Plessis-Robinson…

Florian Hoarau : Mon début de saison 2018 est mitigé, j’ai fait pas mal de places d’honneur, une belle deuxième place à le Route d’Éole Junior et deux victoires en 3ème catégorie et juniors mais j’ai eu pas beaucoup de malchance.J’espère donc que ça ira mieux pour cet été.

Radio Peloton : Tu es aussi pensionnaire du Pôle Espoirs de Châtenay-Malabry…

Florian Hoarau : Mon année là-bas s’est bien passée .Avec Stéphane Izoré, mon entraîneur, on a continué à travailler sur mes lacunes mais aussi mes qualités et au niveau scolaire tout est mis en œuvre pour qu’on réussisse donc une belle année au CREPS.

 

Radio Peloton : L’été s’annonce chargé pour ta part …

Florian Hoarau : Pour cet été mes ambitions sont de bien figurer à la coupe de France de la Trambouze fin Juillet et surtout d’aller chercher un titre au Championnat de France sur piste et pourquoi aussi un sur la route en Août, si je suis dans la sélection.

Radio Peloton : Quel serait ton plus grand rêve dans le vélo ?

Florian Hoarau : Mon plus grand rêve dans le vélo serait bien évidemment de passer pro mais le chemin est encore long avant de peut-être y parvenir.

 

Photo : Loïc Manceau.

Lire la suite

Interview …d’Adrien Garel (Vital Concept CC)

Néo-professionnel dans la formation Vital Concept CC, l’Yvelinois Adrien Garel, 22 ans revient sur ses débuts dans les pelotons professionnels. Le coureur formé au VC Maurepas-Elancourt a notamment disputé Paris-Roubaix, cette année.

« L’ambiance est très bonne dans l’équipe »

Radio Peloton : Adrien, comment juges-tu ta première partie de saison ?

Adrien Garel : Elle fut compliquée, elle a bien commencé avec l’Etoile de Bessèges où j’ai bien travaillé pour l’équipe. J’ai enchaîné avec mes premiers mondiaux piste. Après le retour sur des grosses classiques belges au mois de mars a été plus compliqué. J’ai vraiment vu la différence de niveau.

Radio Peloton : C’est vraiment ça qui t’a le plus impressionné ?

Adrien Garel : En effet, c’est le cap qu’il y a à passer une fois chez les professionnels et encore plus sur les courses de niveau World Tour.

Radio Peloton : On sent une véritable osmose dans la formation Vital Concept…

Adrien Garel : L’ambiance est très bonne dans l’équipe, je me suis vite senti à l’aise, on rigole beaucoup à côté du vélo ce qui permet de bien décompresser après les courses.

Radio Peloton : As-tu des regrets sur ce début d’année ?

Adrien Garel : Pas foncièrement, peut-être le scratch du championnat du monde mais cela sert aussi pour l avenir.

Radio Peloton : La fin mai s’annonce chargée de ton côté…

Adrien Garel : Je vais faire Grand Prix Marcel Kint (Belgique)et les Boucles de l’Aulne mais après je ne connais pas encore mon programme du mois de juin.

Radio Peloton : Fin juin, tu vas participer au championnat de France élite « à domicile » du côté de Mantes-la-Jolie…

Adrien Garel : J’ai découvert le parcours à la mi-avril. Il est assez compliqué à décrire, il ne comporte pas de grosses difficultés mais je pense qu’il sera très usant sur le long terme. C’est à la maison alors c’est sur que cela aura une saveur particulière. Résultat ou non je compte bien profiter de cette journée.

Radio Peloton : Tu suis toujours les résultats de ton club formateur ?

Adrien Garel : Bien évidemment, je continue à prendre des nouvelles auprès du président du VCESQY, Thierry Fabre. C’est toujours important de garder contact et des valeurs de partage comme les leurs.

 

Photo : Christophe Dague.

Lire la suite

Interview de… Christopher Lamaille (Guidon Chalettois)

Pensionnaire du Guidon Chalettois depuis cette année, Christopher Lamaille, 18 ans, a vite trouvé ses marques en 2e catégorie dans la formation engagée sur la coupe de France DN2. L’ancien pensionnaire du Team 94 Cycling ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

« Passer en 1ère catégorie »

Radio Peloton : Penses-tu avoir passé un palier en rejoignant le Guidon Chalettois ?

Christopher Lamaille : Oui je pense que j’ai passé un palier. En début de saison, je me disais que ça allait être dur de finir des courses élites. Il y’a beaucoup kilomètres et le niveau est plus élevé.

Radio Peloton : On peut donc parler de progression te concernant …

Christopher Lamaille : Chez les juniors, je n’avais jamais dépassé une course qui faisait plus de 130 kilomètres. Aujourd’hui j’arrive à faire ce genre de courses qui me faisait un peu peur. Il y’a donc une marche de progression. J’ai aussi progressé sur l’aspect psychologique notamment sur ma lecture de course. J’ai vu qu’il fallait être au millimètre pour performer.

 

Radio Peloton : Comment juges-tu tes résultats de la première partie de saison ?

Christopher Lamaille : Je n’ai pas vraiment beaucoup de bons résultats cette année.J’ai pris une licence en 2e catégorie pour ne pas griller les étapes. Je n’ai fait que trois tops dix. J’ai également un rôle d’équipier en fonction des courses. J’ai quand même réussi à remporter une course cette saison.

Radio Peloton : Tu cours souvent en région Centre, quelles différences constates-tu avec les courses de région parisienne ?

Christopher Lamaille : Il n’y a pas tellement de différences même si en région Centre les courses sont concentrées entre les quatre équipes DN. Il y a donc une forme de rivalité entre elles.

Radio Peloton : Qu’ambitionnes-tu pour cette fin de saison ?

Christopher Lamaille : Je veux gagner des courses en 2e catégorie pour passer en 1ère catégorie. Je veux également être le plus régulier sur l’ensemble des différentes courses que je vais disputer.

Radio Peloton : Un mot sur les différentes performances des coureurs de ton club formateur du Team 94 Cycling ?

Christopher Lamaille : Le Team 94 Cycling continue son travail de formation dans les catégories de jeunes avec succès. C’est plus compliqué collectivement chez les juniors avec l’arrêt en cours d’année de certains coureurs. Le vélo, c’est cyclique, je ne me fais aucun soucis pour mes anciens coéquipiers et dirigeants.

Lire la suite

Première manche de la coupe de France Fenioux piste

Une belle réussite à Saint-Denis !

C’était l’un des évènements du week-end sur la région parisienne ! La première manche de la coupe de France piste faisait halte au vélodrome de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Si les tribunes n’étaient pas pleines, le spectacle était au rendez-vous avec la présence, en plus des meilleurs spécialistes français de délégations venues d’Italie, des Pays-Bas, d’Australie ou encore d’Espagne. Cette réunion était animée sur les deux jours par le local Corentin Duprey. Côté sport, les franciliens se sont mis en évidence avec les succès de Sébastien Vigier (US Créteil) sur le keirin et Melvin Landerneau (Team 94 Cycling) sur la vitesse individuelle. La paire Paul Penhoet (CSM Clamart) et Donavan Grondin (Team 94 Cycling) s’est illustré en remportant l’américaine chez les juniors.

Lire la suite

Retour sur le championnat de France de polo-vélo

Organisée par le PAC 95 samedi 16 et dimanche 17 juin dernier au Plessis-Bouchard, la phase finale du championnat de France 2018 de polo-vélo a vu les Pédales Varengevillaises 1 décrocher leur 3ème titre consécutif de champions de France de polo-vélo sous un beau soleil durant les deux jours de la manifestation.

Pour cela, les Normands ont facilement remporté leur demi-finale le samedi 16 juin face aux Girondins de l’A.S.C. Pessac Alouette sur le score de 14 buts à 3. Les autres Normands de cette phase finale, les Havrais du V.C. Frileuse-Sanvic, ont eu plus de mal pour se qualifier en ne battant que par 4 buts à 1 les Franciliens du Parisis Athletic Club 95 (qui avait déjà bien accroché les Sanvicais en qualification en ne s’inclinant dans les toutes dernières minutes de jeu sur le score de 8 à 10).

Dimanche fût le jour de toutes les finales avec, en levée de rideau, le match pour les 5ème et 6ème places entre l’équipe 2 des Pédales Varengevillaises et les nouveaux venus dans ce championnat, l’Entente d’Ile-de-France (composée de joueurs du Paris Cycliste Olympique, de l’U.S. Métro Transports et de l’U.S. Alfortville). Avantage aux Normands, une fois de plus, sur un score final plus serré que lors des phases qualificatives : 5-1 (2-0 à la mi-temps).

Pour la médaille de bronze, les locaux du PAC 95 ont dominé territorialement contre l’équipe de Pessac durant la 1ère mi-temps. Mais dominer n’est pas marquer et encore moins gagner. Les Nouveaux Aquitains ont bien posé leur jeu sans paniquer et l’ont emporté 5 buts à 2 en venant finalement à bout d’une équipe valdoisienne en devenir.

Enfin, lors de la grande finale pour les médailles d’or et d’argent, le V.C. Frileuse-Sanvic a montré sa force collective en tenant bien au score l’autre équipe de Seine Maritime. Mais les individualités des Pédales Varengevillaises ont fait la différence avec plusieurs buts marqués en jonglant (c’est-à-dire avec la balle rebondissant sur le maillet), à l’image de Billy Quibel, meilleur buteur du week-end.

 

Merci à Alain Derly pour le communiqué.

Lire la suite

La Cipale au rythme de la nuit

Il y avait un petit parfum d’été mercredi dernier à l’occasion de la nocturne de la Cipale (Paris). Quelques heures auparavant, les jeunes des écoles de vélo s’étaient affrontés sur cette même piste qui a vu notamment des arrivées du Tour de France ou encore plus récemment la Journée de l’Américaine. Près d’une quarantaine de coureurs se sont succédés dans les quatre catégories dont une poignée de féminines de l’Avenir du Val-de-Marne, du CSM Puteaux et du CSM Villeneuve-la-Garenne. A domicile, le Paris Cycliste Olympique avait également aligné des coureurs en la personne du duo Vincent Blanca, Michel Vanvynckt en 1ère catégorie sous l’œil avisé de leur directeur sportif Jorge Zuluaga Pineda et de leur président Christian Masola. L’ES Stains était aussi en nombre avec Laurent Liger et Jean-Pierre Siger. Lucien Bouniol en tant qu’arbitre, les concurrents ont disputé une individuelle d’ouverture avant un omnium composé d’une élimination, d’une course aux points et d’un scratch, le tout dans une ambiance conviviale et un radieux soleil.

Lire la suite