Assemblée Générale de l’AV Thiais

A l’aube de ses 120 ans qu’il fêtera en 2018, le club de l’AV Thiais a organisé ce samedi 18 novembre 2017 son Assemblée générale annuelle. Après un moment consacré aux renouvellements de licence et inscriptions pour 2018, Jean-Pierre Petiau introduit la réunion par la lecture du rapport moral. Au-delà des résultats (voir l’article de RP ici) qualifiés de « mitigés », Jean-Pierre Petiau souligne le travail des dirigeants et bénévoles pour le fonctionnement du club et notamment lors des organisations de course. Ce rapport est suivi de celui de la section Cyclotourisme toujours activé depuis de nombreuses années.

Vient ensuite le bilan financier, présenté par la trésorière Helène Hillion, qui montre une association en bonne santé grâce essentiellement à une maîtrise des dépenses (à noter que le club paye les engagements des coureurs) et un maintien à un bon niveau des subventions de la Mairie de Thiais.
Après l’adoption (à l’unanimité) des rapports moral et financier, place aux votes pour élire le prochain Conseil d’Administration du club : les 15 candidat-e-s sont élu-e-s ! Jean-Pierre Petiau débutera en 2018 sa 9ème année de Présidence avec à ses côtés Hélène Hillion, trésorière et Hélène Martin qui succède à Murielle Canfin au poste de Secrétaire. Cette dernière, connue par les coureurs d’Île-de-France comme commissaire de course, va passer plus de temps en Bretagne l’année prochaine et a donc préféré passer la main. L’Assemblée la remercie vivement pour son travail ces dernières années.

Enfin, les coureurs sont récompensés (coupes pour les jeunes, pneus pour les plus « grands ») avant de conclure l’après-midi par le traditionnel pot de l’amitié.

 

C.D

Lire la suite

Divers brèves


Cyclisme sur route :

Christophe Meyer (CC Igny-Palaiseau 91) a pris la 7e place de la course 2e catégorie de Montlouis-sur-Loire (Indre-t-Loire), le 10 septembre dernier.

David Houdouin (VC Etampes) s’est classé 9e en 3e catégorie à Saint-Denis-en-Val (Loiret), le 17 septembre.

Cyclisme sur piste :

Le Palaisien Sébastien Vigier (US Créteil) a pris la neuvième place de la deuxième manche de coupe du Monde en vitesse individuelle à Manchester (Grande-Bretagne), samedi dernier. L’ancien coureur du CC Igny-Palaiseau 91 se classe cinquième sur la vitesse par équipe en compagnie de Quentin Lafargue et Melvin Landerneau.

Aurélien Tardif (EC Montgeron-Vigneux) a pris la deuxième place sur l’omnium juniors lors de la première manche de la coupe d’Hiver sur piste le 5 novembre dernier à Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines). Cindy Pomares (COCF Courcouronnes) se classe deuxième chez les seniors dames.

Trial :

Le Valpuisien Nicolas Vallée (ESC Meaux) a remporté la médaille d’argent lors du championnat du Monde de trial élite à Chengdu (Chine), samedi dernier. La victoire est revenue au britannique,Jack Carthy. L’ancien pensionnaire du Trial Club de Cerny avait remporté le titre de champion de France élite de la discipline en juillet dernier.

Lire la suite

Corbeil a géré sa transition

L’année 2017 était de transition pour l’AS Corbeil-Essonnes avec l’arrêt de la DN et le départ de nombreux coureurs et dirigeants. Le club présidé par Denis Mathiasin a su relever la tête quand beaucoup de clubs auraient définitivement coulé dans ce genre de moment. Si sportivement, les résultats n’ont pas toujours été au rendez- vous, les corbeil-esssonnois ont montré qu’ils valaient bien plus qu’un simple dossard accroché dans un peloton. Baptiste Huygue et Jordan Forclot ont notamment bataillé toute l’année pour mettre les couleurs vert et noir sur le devant de la scène. Kamel Fayek a fait honneur à l’ASCE chez les départementaux. Le club a également vu le retour d’anciens coureurs de l’équipe à l’image de Frédéric Lordier. Il sera d’ailleurs accompagné l’an prochain par l’arrivée entre autre de Fabrice Joudioux (Paris Cycliste Olympique).

Lire la suite

Interview de… Téodoro Bartuccio (VCA du Bourget)

A 39 ans, le Directeur sportif du Vélo Club de l’Agglomération du Bourget (VCAB) Teodoro Bartuccio donne une nouvelle direction à son parcours de passionné du cyclisme. Celui qui a débuté le vélo à 8 ans, créé le club de Drancy (ancètre du VCAB) à 26 ans et monté une équipe de Division nationale 10 ans plus tard, veut désormais consacrer son temps au combat pour la sécurité des cyclistes. Entretien.

                          « Aller au bout du projet Mon vélo est une vie »

 

Radio Peloton : Quel bilan tires-tu de la saison sportive 2017 du VCAB ?

Téodoro Bartuccio : Positif ! Ma réponse va sembler étonnante puisque nous n’avons pas eu de victoire, mais je tire un bilan très positif –au niveau sportif- de cette année du VCAB. Pourquoi ? Parce qu’il est conforme à notre projet de départ. Lorsque nous avons décidé de monter une équipe de Division Nationale en 2015, la première année devait être consacrer à la découverte, et la deuxième à la formation des jeunes. On a réussi, et je suis satisfait de voir que nos coureurs sont très sollicités par les autres clubs : c’est bon signe !

 

 

Radio Peloton : Du coup, on ne comprend pas bien cette décision de stopper la DN3. Quelle est l’explication ?

T.B : Ça peut être compliqué à comprendre de l’extérieur, mais cette équipe est liée à ma personne depuis le début. J’ai créé le club en 2005 (à l’origine Drancy Sport), j’en ai été le Président puis salarié depuis 2009 et à l’initiative de l’équipe DN : ça semblait précipité et surtout trop risqué de mettre quelqu’un à ma place en si peu de temps. Et comme je voulais m’investir et aller au bout du projet « Mon vélo est une vie », il fallait faire un choix. C’est pourquoi, après mures réflexions partagées avec mon entourage et le Président du VCAB, nous avons décidé de ne pas solliciter notre place en DN3 l’année prochaine.

Radio Peloton : Tu veux t’investir sur Mon vélo est une vie : peux-tu déjà revenir sur l’origine de ce mouvement ?

T.B: Quand j’ai appris le décès de Grégoire Somogyi,ancien coureur de l’ESC Meaux, (décédé en mai 2017, percuté par un poids lourd à l’entrainement, ndlr), ça m’a fait un choc. Déjà parce que je le connaissais, mais en plus, après Michele Scarponi, j’avais l’impression d’une progression des accidents mortels de cyclistes. J’en ai parlé à ma femme le soir même en lui disant qu’au-delà de l’émotion, il fallait agir pour que ça s’arrête. J’ai appelé Niels Brouzes et on s’est mis d’accord pour organiser un rassemblement. En hommage à Grégoire, mais aussi pour alerter les pouvoirs publics des dangers vécus par les cyclistes au quotidien.

 

Radio Peloton : Tu as été reçu plusieurs fois par les pouvoirs publics, sans résultat ?

T.B: On ne peut pas dire ça. Nous avons été reçus deux fois par la Directrice de cabinet du Ministère des sports, une fois par le ministère de l’intérieur. Nous sommes écoutés par des personnes qui ont envie de changer les choses. Mais il manque la volonté politique pour débloquer les budgets nécessaires pour accélérer le système et s’y mettre. Du coup, rien de concret pour l’instant. Pour autant, il y a une prise de conscience, c’est déjà un premier pas.

Radio Peloton : Quelle suite veux-tu donner à ton projet ?

T.B: Nous avons décidé de mettre en place des comités régionaux « Mon vélo est une vie ». L’idée est de multiplier les actions de sensibilisation dans les régions. Nous visons la sensibilisation d’un public scolaire : pour eux en tant que jeunes cyclistes, mais aussi en tant que prescripteur auprès des parents quand ils sont en voiture, et enfin en tant que futurs conducteurs. On a demandé à l’Etat que cette sensibilisation devienne obligatoire.

Nous avons aussi le projet de diffuser une campagne de prévention sur les réseaux sociaux, revendiquer l’aménagement de pistes cyclables et enfin pénaliser ceux qui ne respectent pas les cyclistes sur les routes.

Radio Peloton : On a l’impression d’une sorte de rivalité avec « la route se partage » : c’est le cas ?

T.B : Non, ce n’est pas de la rivalité. Je respecte le travail des membres de cette association et c’est une bonne chose d’être nombreux à être sensibilisés à cette question. Je dis juste que même si elle est respectable, l’action de « La route se partage » reste de la communication (sur le Tour de France et les grandes courses) et ça ne suffit pas à apporter concrètement de la sécurité aux cyclistes. Ce que je ne veux pas, c’est que l’Etat considère avoir fait le job en finançant cette association (et accessoirement pas la notre). Mais encore une fois, je ne critique pas « La route se partage ».
Je suis convaincu que nous devons travailler ensemble, être complémentaires.

Téodoro Bartuccio. (Photo page Facebook, VCABoys).

 

 

 Radio Peloton  : Revenons au VCAB, quel projet pour 2018 ?

T.B : Nous poursuivons sur une logique de formation et de progression des jeunes, notamment en 2ème et 3ème catégorie qui seront encadrés par Anthony BARE (dirigeant des 2ème) et Quentin NOJAC.
Cette année, nous avons 90 licenciés dont presque un quart en école de vélo : on va poursuivre cet effort de promotion de notre sport là aussi.
A titre perso, je reste Manager du club en plus de « Mon vélo est une vie ». Et comme il faut montrer l’exemple, le club va faire des interventions de sensibilisation dans les écoles primaires à Drancy. On commence demain (interview le 13 novembre 2017, ndlr) !

Radio Peloton : L’année du VCAB s’est conclue par un drame terrible avec le décès de Mathieu Riebel, formé à l’EC Montgeron-Vigneux. On imagine que ce moment a été terrible pour toi et le VCAB ?

T.B : Oui, j’ai vraiment mal vécu ce drame. Ça m’a vraiment touché, et encore maintenant, il ne se passe pas une journée où je ne pense pas à Mathieu. J’ai perdu un copain… Que dire ? Il était trop jeune. A 20 ans, mourir sur son vélo… Il n’y a pas de mots pour expliquer ce que je ressens.
Comment expliquer qu’un jeune meure par passion sur son vélo. Je n’arrive pas l’encaisser.

Et évidemment, c’est la même chose pour les autres dirigeants et coureurs au niveau de VCAB. Il faut savoir que j’ai toujours voulu développer un coté familial dans notre équipe nationale. Tous se voyaient en dehors du vélo, tous étaient des copains de Mathieu.
Tout le monde l’a très mal vécu, et on continue encore aujourd’hui à le vivre très mal.

Photos : page Facebook du VCA du Bourget.

Propos recueillis par Christophe Dague.

Lire la suite

L’interview de… Adrien GAREL (Vital Concept)

Adrien Garel, issu de la formation bretonne du VC Pays de Loudéac la saison passée, est en pleine progression. Le Balnéolais de 21 ans a conquis le maillot de Champion d’Europe du Scratch à Berlin en octobre dernier. En 2018, il évoluera au sein de l’équipe Continental-Pro Vital-Concept.

« Prévu de courir sur le circuit pro en 2018? Non mais j’y pensais. « 

Radiopeloton: Adrien, comment s’est passée ta saison au sein du VC Pays de Loudéac ?

Adrien Garel:  Mieux que je l’aurais pensé. J’ai été tout suite très bien accueillis et l’ambiance était très bonne. Ça m’a permis de me sentir très à l’aise et confiant pour la saison. J’ai fait un bien débuté avec une victoire le jour de mon anniversaire mais reste déçu de mon Tour de Bretagne. Ma fracture de clavicule m’a mis un frein et j’ai loupé mon mois de juin… Après j’ai vite voulu revenir pour les Championnats d’Europe Espoir, ce qui, malgré ma médaille, m’a coûté beaucoup de jus. J’ai quand même pris énormément de plaisir sur le Tour de l’Avenir en Bretagne en août. Passer du temps avec des coéquipier qui sont d’habitude des adversaires est assez plaisant! En septembre, la condition était revenue, mais pas de résultats malgré l’aide apportée par mon équipe sur Paris-Tours.

 

Radiopeloton: Quelle course t’a le plus marqué ?

Adrien Garel: Je dirais la classique du Morbihan car gagné le jour de mon anniversaire. C’était juste exceptionnel! Je pense ne jamais revivre ça. Je sais la chance que j’ai eu!

Résultat de recherche d'images pour "adrien garel classique morbihan"
Crédit Photo: Le Télégramme

Radiopeloton: Tu passes pro dans la formation de Jérôme Pineau la saison prochaine. Avais tu prévu de courir le circuit pro en 2018 ?

Adrien Garel: Prévu de courir sur le circuit pro en 2018? Non mais j’y pensais. Je fais du vélo car ça me plaît mais j’ai toujours rêvé de passer pro! Lorsque j’étais petit, je mettais toujours cycliste professionnel dans le métier que j’aimerais faire dans ma fiche de renseignements en classe. Donc j’y pensais mais je m entraînais pour faire des résultats dans le présent. Mais de ceux-ci découle souvent un contrat.

Radiopeloton: Quel sera ton rôle ?

Adrien Garel: Je ne connais pas mon rôle mais c’est sur que je ferais le taff! Je serais là pour apprendre tout en me faisant plaisir. Je serai là pour l’équipe et si j’ai ma chance je la saisirai!

 

Radiopeloton: Comment vas-tu effectuer ta préparation hivernale ?

Adrien Garel: Je vais changer un peu, en incorporant plus de prépa physique en dehors du vélo. Mais sinon, rien d’autre; à part rouler plus bien évidemment car on aura plus de stages.

 

Radiopeloton: Un mot sur ton titre de champion d’Europe du scratch : est-ce une surprise ? Comment qualifierais tu ta performance ?

Adrien Garel: Une surprise? Je ne sais pas. Je croyais en moi et j’ai tout fait pour faire la meilleure perf. Je suis donc heureux que ça ait marché! J’ai prouvé que j’étais capable de le faire. Peu auraient mis une pièce sur moi je pense, mais le sport, c’est ça. Il faut croire en toi et prouver que tu es capable de! Cela te fait grandir et progresser. J’espère retrouver une place sur les disciplines par équipe mais le team champion d’Europe est très fort et il faudra travailler dur!

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit
Crédit photo: LOOK Cycle

Lire la suite

Le VC Arpajon pense à 2018 !

Auteur d’une saison plutôt moyenne dans sa globalité, le Vélo Club d’Arpajon repart avec des nouvelles ambitions pour l’année 2018. Aurélien Tassan-Got sera toujours à la tête du club essonnien qui enregistre le retour à la compétition de l’ancien coureur 2e catégorie et président du VCA, Amaury Grelot ainsi que de l’ancien coureur de l’AS Corbeil-Essonnes, Jérémy Faucher. Dans le sens des départs, Arnaud Alves et James Billiottet ne porteront plus le maillot sud essonnien. Cette année, le VC Arpajon s’est illustré avec Olivier Nari vainqueur notamment à Arpajon le 17 septembre dernier. Bruno Legeay s’est également montré prolifique avec trois succès chez les départementaux. En 2018, les Arpajonnais auront à cœur de s’illustrer sur trois axes. La Ronde Sud Bourgogne épreuve par étapes chez les départementaux, le Triangle Sud Berry ainsi que la traditionnelle course du club de la Foire aux Haricots d’Arpajon toujours placée le troisième dimanche de septembre.

 

 

Lire la suite

La Pédale Combs-la-Villaise mise sur la jeunesse

En pleine reconstruction après une vague de départs au cours de la dernière intersaison, la Pédale Combs-la-Villaise a réussi son pari de revenir déjà dans le bon peloton avec un groupe rajeuni. Le club seine-et-marnais présidé par Philippe Delacour peut compter sur un effectif d’une petite quinzaine de jeunes prêts à découvrir toutes les disciplines du vélo à l’image de Thomas Delacour, premier champion d’Île-de-France de cyclisme artistique dans l’histoire de la Seine-et-Marne. Les coureurs de la PCV touchent également à toutes les fonctions qui font vivre le vélo comme celle de speaker, d’arbitre et même de la presse tout en ayant toujours le respect du bénévole. Par ailleurs, le groupe de coureurs départementaux emmené notamment par Etienne Aublet et Jean-Charles Rémy transmet son expérience de la compétition aux plus jeunes avec le facteur plaisir au premier plan. Les coureurs de la Pédale Combs-la-Villaise ont effectué un stage de cohésion au début du mois à Buthiers (Seine-et-Marne). Un autre pourrait être prévu courant avril.

Lire la suite

La bonne dynamique du VC Fontainebleau-Avon

Le VC Fontainebleau-Avon s’est réuni samedi dernier à l’occasion de son Assemblée Générale à la Maison dans la Vallée, point de départ de son organisation 2e catégorie, Paris-Avon-Lorrez-le-Bocage. Le club seine-et-marnais a réussi une saison 2017 relativement aboutie avec un total de 35 victoires dont trois titres, 45 podiums et huit prix d’équipe. Les coureurs du président Stéphane Colas ont su également rectifier le tir par rapport à l’an passé sur plusieurs aspects. Il y a une vraie dynamique avec des jeunes qui arrivent chaque année au club et qui progressent à leur rythme. La présence d’Evelyne et Patrick Varenguin n’y est pas étranger. Les départementaux ont été également sur le devant de l’affiche avec les bonnes performances notamment de Xavier Stocard .Les coureurs 2e et 3e catégories ont montré que l’on pouvait compter sur eux à l’image de Romain Bona, Eric Crapard,Vincent Girardin,Victor Leblond soutenus dans leur déplacement par leur directeur sportif Bernard Letscher. Le VC Fontainebleau-Avon, club aux 23 partenaires veut continuer sur cette dynamique l’an prochain avec l’ambition d’obtenir autant de bons résultats que cette année, voire plus.

Lire la suite

Divers brèves

Thomas Orgiazzi quitte l’ESC Meaux pour rejoindre le VC Rouen 76 chez les juniors.

Philippe Munier (Lagny PC) monte de la catégorie D3 à la catégorie D2.

Eric Poulizac (JS Ferté-Gaucher) monte de la catégorie D2 à la catégorie D1.

Cyclisme sur piste :

Michel Eloi (VC Brou) s’est classé 3e de l’individuelle 3e catégorie (Ufolep) de la Cipale (Paris), le 8 juillet dernier.

Lire la suite

Noblesse tient son record

Jean-Louis Noblesse est le nouveau recordman de France de l’heure des 70-74 ans ! Le coureur du Melun Cyclisme Organisation a réalisé la marque de 40.848 kilomètres, dimanche 5 novembre dans l’enceinte du Vélodrome National de Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines), piste des prochains Jeux Olympiques de Paris 2024. Encouragé par ses supporters venus en nombre dont son président Jean-Paul Sénéchal, Jean-Louis Noblesse a également pu compter sur le soutien précieux de son coach, Philippe Chabot pour réaliser cet exercice. C’est la première fois que le coureur de 70 ans se testait sur ce type d’effort d’une heure avec les boudins de protection pour ne pas que le coureur coupe sur la côte d’azur dans chaque virage. C’est le deuxième record de France détenu par un coureur du MCO après celui de 2006, réalisé par Jean-Philippe Meret dans la catégorie des 35-39 ans. A noter que les commissaires franciliens Jean-François Maillet et Raymond Da Silva Perreira étaient chargés d’arbitrer ce record de l’heure.

Lire la suite